Recherchez la netteté, la précision et l’ordre

Le grand ennemi de la mémoire est la confusion. Les auxiliaires les pluspuissants sont la netteté, la précision et l’ordre.Ne cherchez donc pas à appréhender un grand nombre de notions à la fois etcelles que vous maintiendrez à la lumière de l’attention seront bien précises etréduites à l’essentiel. Vous en éliminerez les menus détails de façon à les présenter àl’esprit sous la forme d’idées générales. Celles-ci soulagent la mémoire parce que,sous une représentation unique, un seul mot, une seule formule, une seule phrase,elles embrassent une multitude de faits particuliers. Notez au passage que toute lapublicité est basée sur ce principe: pour être retenus, les slogans et les noms demarque doivent être présentés sous des formes simples et précises.En outre, l’ordre est le besoin le plus impérieux de l’esprit; la mémoire, enparticulier, ne peut s’en passer. Grâce à l’ordre, elle retient sans peine, portelégèrement et retrouve à volonté une quantité incroyable d’idées et de faits; sansordre, elle succomberait sous un fardeau mille fois moindre.Cela est si vrai qu’à défaut d’ordre rationnel les procédés mnémotechniques,dont vous parlons dans la dernière partie, offrent un ordre conventionnel plus oumoins artificiel. Mais il n’y a d’ordre véritable que l’ordre logique. Vous ordonnerezdonc les idées générales et les idées secondaires rationnellement, c’est-à-direhiérarchisées et reliées entre elles par des liens logiques. Tel est le moyen de faireque votre esprit soit bien plein sans cesser d’être bien fait, d’être rempli sans êtreencombré, et contienne beaucoup sans porter en lui aucun poids mort.Ce qui n’empêche que chacun a sa mnémotechnie personnelle et ses petitsprocédés plus ou moins ingénieux pour grouper ses souvenirs et les faire revenirfidèlement à la conscience. Ainsi, il est utile, dans l’exercice de la mémoire courante,d’établir des «jalons », des « points de repère » bien choisis et de grouper autourd’eux tous les souvenirs connexes ou subordonnés.Pour situer par exemple dans le temps un souvenir indécis un peu vague, vouspouvez le faire osciller, sur la ligne du passé, entre deux points de repère; vous lerapprocherez de l’un, vous l’éloignerez de l’autre et vous le daterez par comparaisonavec l’un d’eux. Vous pourrez dire : « Le fait s’est passé une semaine après lesvacances, 15 jours avant la maladie de mon frère, la veille de tel événementimportant, etc. » Vacances, maladie, événement marquant sont des points de repèredatés avec précision et exactitude; ils peuvent servir à localiser et à dater d’autressouvenirs.Une démarche analogue de l’esprit peut être employée en histoire pour daterun événement déterminé. 

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s