Le but d’une vie

Et bien quand j’ai eu l’occasion de t’avoir en ligne (au tel…) et quand j’ai pu entendre ta jolie voie sexy et plein de douceur, je t’ai posé une simple question (comment tu voulais que tes jolis t-shirts soit plier) ta réponse a suffit pour comprendre que tu es simplement contente que je me préoccupe de ce que tu veux malgré que nous savons que cette réponse je l’a connais.

Mais j’aime simplement de faire répété les choses hi hi hi pour pouvoir entendre ta petite voie….

Tu sais ma petite bichette, que tu as raison sur le fait que mes priorités s’éloignent de temps à autres mais c’est tout simplement la vie de tous les jours qui fait que, mais attention je n’ai pas d’excuse sur ça.

Je dois redoubler d’effort tous les jours afin que je puisse être plus attentif à vos besoins à tout les deux, mais il y a tellement à penser (les travaux, nos projets en général, nos maisons (nous sommes propriétaires de deux jolies maisons), l’éducation de Tulia (mes changements à apporter pour ne pas la bloquer), ect. Et tout cela me fait perdre pied.

Ce qui me donne du courage pour pouvoir supporter les attaques extérieurs, c’est tout simplement vôtre sourire à toutes le deux quand nous faisons n’importe quelle activité et je vous jure que mes efforts sont récompensés.

Et maintenant j’en viens au titre de ce post, le but de ma vie c’est de vous donnez le meilleur de moi-même pour que nous puissions avoir une très grande famille (6 autres petites filles ou enfants…..) et pouvoir donner l’éducation que nos enfants mérité sans blocage en rien que se soit. Nous pourrons ainsi montrer au monde le vrai pouvoir d’une famille unie !!!!! Sans haine, sans violence, une vie d’amour et de partage en tout genre.

Je nous souhaite de tous de vivre heureux comme jamais…..

Voilà mon BUT

Je vous aimessssssssssssssssssss

Junior1975

Publicités

Notre corps

CORPS
Chaque jour, jusqu’à la mort, nous mangeons et buvons pour entretenir notre coprs.  J’ai soixante ans pass »s.  Durant ces six décennies, quel poids de nourriture ai-je ingurgité, quelle quantité de viande ai-je consommé ?  Combien de bies ma propre existence a-t-elle coûté ?  Il aurait peut-être mieux valu naître animal, insecte par exemple, pour faire moins de mal à d’autres êtres vivants.

Livre I : Pensée XVII

XVII. – Des Dieux : avoir eu de bons aïeuls, de bons générateurs, une bonne sœur 25, de bons parents, de bons serviteurs, des proches et des amis presque tous bons ; ne m’être jamais laissé entraîner à aucune négligence vis-à-vis d’aucun d’eux, bien que j’eusse un caractère qui m’aurait permis, si l’occasion s’en était offerte, de m’en rendre coupable : c’est un bienfait des Dieux, s’il ne s’est trouvé aucun concours de circonstances qui aurait dû me confondre ; n’avoir pas été élevé trop longtemps chez la concubine de mon grand-père ; avoir conservé la fleur de ma jeunesse, et ne pas avoir prématurément fait acte de virilité, mais en avoir même retardé le moment ; avoir été sous les ordres d’un prince, d’un père qui devait m’enlever tout orgueil et m’amener à comprendre qu’il est possible de vivre à la cour sans avoir besoin de gardes du corps, de vêtements de parade, de lampadaires, de statues, de choses analogues et d’un luxe semblable, mais qu’il est possible de se réduire presque au train de vie d’un simple particulier, sans déchoir pour cela ou se montrer plus négligent, lorsqu’il s’agit de s’acquitter en chef de ses devoirs d’État ; avoir obtenu un frère 26 tel qu’il pouvait, par son caractère, m’inciter à me rendre vigilant sur moi-même et qui, en même temps, me rendît heureux par sa déférence et par son affection ; n’avoir pas eu des enfants 27 disgraciés, ni contrefaits ; n’avoir point fait de trop grands progrès en rhétorique, en poétique et en d’autres arts qui m’eussent peut-être retenu, si j’avais senti que j’y faisais de bons progrès ; avoir prévenu mes maîtres, en les établissant dans la dignité qu’ils me semblaient désirer, et ne m’être point remis à l’espoir, puisqu’ils étaient encore jeunes, que je pourrais plus tard réaliser ce dessein ; avoir connu Apollonius, Rusticus, Maximus ; m’être représenté clairement et maintes fois ce que c’est qu’une vie conforme à la nature, de sorte que, dans la mesure où cela dépend des Dieux, des communications, des secours et des inspirations qui nous viennent d’eux, rien ne m’a, depuis longtemps, empêché de vivre conformément à la nature : si je suis encore éloigné du but, c’est par ma faute, et parce que je ne tiens pas compte des avertissements des Dieux et, pour ainsi dire, de leurs leçons ; avoir eu un corps assez résistant pour aussi longtemps supporter une pareille vie ; n’avoir touché ni à Benedicta, ni à Theodotus 28, et, plus tard, si j’ai été atteint par les passions amoureuses, m’en être guéri ; dans mon ressentiment contre Rusticus, n’avoir commis aucun excès dont j’aurais eu à me repentir ; que ma mère, qui devait mourir jeune, ait pu toutefois passer auprès de moi ses dernières années ; toutes les fois que j’ai voulu secourir un homme dans la gêne ou dans quelque autre besoin, ne m’être jamais entendu répondre que je n’avais plus d’argent pour me le permettre ; n’être pas personnellement tombé dans une pareille nécessité, de façon à devoir réclamer l’aide d’autrui ; avoir eu une femme 29 comme la mienne, si obéissante, si tendre, si simple ; avoir facilement trouvé d’excellents maîtres 30 pour mes enfants ; avoir obtenu en songe la révélation de divers remèdes, et en particulier contre les crachements de sang et les vertiges, et cela, à Gaète 31, comme par oracle ; lorsque j’eus pris goût à la philosophie, n’être pas tombé sur quelque sophiste, et ne point m’être attardé à l’analyse des auteurs ou des syllogismes, ni à observer les phénomènes célestes.

Tout ceci exige le secours des Dieux et de la Fortune.

Chez les Quades, au bord du Gran 32.

Le stoïcisme partie 4

La théorie de la connaissance [modifier]

Les impressions [modifier]

La vérité et la certitude sont dans la perception les plus communes qu’il s’agit de systématiser. Ainsi la connaissance part-elle de la représentation, ou image (phantasia), impression d’un objet réel dans l’âme (comme le cachet dans la cire pour Zénon). C’est là un premier jugement sur les choses auquel peut être ou non donné volontairement un assentiment par l’âme : si celle-ci est dans le vrai, elle a alors une compréhension, ou perception (katalepsis) de l’objet qui est immédiate : une certitude des choses en tant que telles.

La sensation est donc distincte de l’image puisqu’elle est un acte de l’esprit. Pour que la perception soit vraie, l’image doit être fidèle. L’image fidèle, en tant que critère de la vérité, est appelée représentation compréhensive. Elle est passive, mais capable de produire l’assentiment vrai et la perception.

Les critères de la vérité [modifier]

La science sera alors la perception solide et stable, inébranlable par la raison : solidité due à l’appui des certitudes entre elles, à leurs accords rationnels. Ainsi la perception sûre et totale est la science systématique et rationnelle, système de perceptions rassemblées par l’expérience visant à une fin particulière utile à la vie. En dehors de ces réalités sensibles, il n’y a pas d’autres connaissances.

Pourtant, à côté des choses sensibles, il y a ce qu’on peut en dire. Ainsi la dialectique porte-t-elle sur les énoncés qui sont vrais ou faux, relatifs aux choses. Ces énoncés se disent sous la forme d’un sujet et d’un attribut exprimé par un verbe : Socrate se promène. C’est un jugement simple qui exprime un rapport entre des faits, celui-ci s’exprimant par un jugement complexe : s’il fait clair, il fait jour. Il s’agit donc d’une liaison de fait entre un antécédent et un conséquent.

Les critiques [modifier]

Cette section est vide, pas assez détaillée ou incomplète. Votre aide est la bienvenue !

La physique [modifier]

Les principes de la physique stoïcienne [modifier]

Selon Diogène Laërce (VII, 132), les Stoïciens divisent la physique en général en trois domaines : le monde, les éléments, la recherche des causes. Mais l’étude de la nature est aussi divisée selon des lieux spécifiques : les corps ; les principes ; les éléments ; les dieux ; enfin les limites, le lieu et le vide.

Le monde et la nature [modifier]

Le monde est totalement dominé par la raison et a en conséquence à chaque instant la plénitude de sa perfection. Par là on voit que l’activité de la raison est corporelle : seul existe ce qui a la capacité d’agir ou de pâtir (i. e. les corps). Or, la raison agit, donc elle est un corps. Ce qui subit la domination de la raison sera aussi un corps, la matière. Voilà les deux principes de la physique : l’un est la cause unique, l’autre reçoit cette causalité sans faire de résistance. Ces deux corps s’unissent donc et forment le mélange total qui explique l’action d’un souffle matériel (pneuma) traversant la matière pour l’animer.

Les éléments [modifier]

Cette section est vide, pas assez détaillée ou incomplète. Votre aide est la bienvenue !

Le cycle cosmique [modifier]

L’ensemble du monde a un cycle : le feu, ou force active (Zeus), absorbe et réduit en lui-même toutes les choses. Tout recommence ensuite à l’identique, après la fin du monde dans une conflagration où toutes choses sont rentrées dans la substance divine. Cette conflagration est une purification du monde : l’âme du monde absorbe toute la matière en restituant un état parfait par un changement conforme à la nature.

Du feu primitif, naissent les quatre éléments et le monde naît sous l’action d’un souffle divin. Ensuite, par la fragmentation du souffle, naissent les êtres individuels qui forment le système du monde. C’est ce souffle qui fait l’unité du monde, en le parcourant et en maintenant ses parties. Ce souffle est une force, une pensée et une raison qui contient tout et fait que sous l’action de sa tension l’être existe. Ce souffle crée une sympathie entre toutes les parties du monde. Quant à la Terre, elle est au centre, pressée de tout côté par l’air.

La causalité et le destin [modifier]

Tout ce qui arrive est conforme à la nature universelle, puisque tout agit suivant une cause totale, qui lie toutes les causes entre elles.

La théologie [modifier]

La théologie est ce qui rassemble et à la fois divise, stoïciens et épicuriens. Le(s) Dieu(x) existe(nt) chez les Epicuriens tout comme chez les stoïciens. Cependant, selon les épicuriens, les dieux vivent dans leur monde, alors que pour les stoïciens, ils agissent dans notre monde. C’est le fatum, le destin, tout est joué d’avance. On ne peut pas changer ce qui arrive. Cela s’exprime par la métaphore du Chien et du Chariot. Un chien qui tire un chariot est libre d’épouser la trajectoire du chariot ou bien de s’y opposer vainement. Il n’y a que l’assentiment par rapport aux représentations (les évènements) qui dépende de nous, et non des dieux. Ce qui dépend de nous, c’est l’atteinte de l’ataraxie, de l’absence de troubles et passions, une tranquillité de l’âme, une paix intérieure, que les stoiciens assimilent au bonheur véritable. Ainsi la théologie et l’éthique stoïciennes appelle l’Homme à une prise de distance, et à une certaine inactivité, ou tout du moins indifférence, qui sera dénoncé par Spinoza et Hegel : « L’être de l’Homme, c’est son action. » (Phénoménologie de l’Esprit). Ce dernier associa les stoïciens au concept de la belle-âme. C’est l’attitude de Sartre, une conduite d’excuse, de mauvaise foi, pour ne pas affronter l’angoissante condition humaine : la Liberté. Pascal en fera un essai : Entretien avec Madame de Sacy sur Montaigne et Epictète. Ainsi l’ensemble de la philosophie moderne, mis à part Schopenhauer et son concept de Volonté, tend à rejeter cette position stoïcienne.

La psychologie [modifier]

Cette section est vide, pas assez détaillée ou incomplète. Votre aide est la bienvenue !

Tu es le créateur permanent de ta vie

Tu es le créateur permanent de ta vie

Quand tu te familiariseras avec la visualisation créatrice et commenceras à croire aux résultats que tu peux obtenir, tu constateras l’évolution d’un état de conscience dans lequel tu sais être le créateur permanent de ta vie. Le paroxysme de la visualisation créatrice consiste à transformer chaque moment de ta vie en un moment de merveilleuse création où tu choisis tout naturellement de vivre avec le maximum de satisfaction, de beauté et de perfection imaginables.

Ma vie est une merveille de ma création.

Zen le 31 Mars

Prendre soin de soi

Prendre un vrai bain bien chaud est un art qui procure une détente incomparable et peut véritablement vous revigorer pour la journée. Si cela vous semble impossible, réservez une heure par semaine pour un “bain du matin”, qui n’aura pas le même effet qu’un “bain du soir”. Evitez les produits industriels. Faites votre propre cérémonial pour vous concentrer et prendre conscience du moment présent, en jetant quatre ou cinq grosses poignées de gros sel qui a un pouvoir décontractant extraordinaire sur les muscles. Ajoutez, si vous le voulez, quelques gouttes d’huiles essentielles (par exemple romarin, mandarine, pin, citron), mélangées à une petite cuillère d’huile d’olive. Tamisez la lumière, allumez une bougie et laissez-vous aller au minimum pendant une demi-heure.