Quelle est la plus grande richesse ?‏

Un homme de grande spiritualité, un sannyasin,
approchait la périphérie d’un Village en Inde…

Il s’installa pour la nuit sous un arbre,
quand soudain un villageois courant vers lui, cria
« La pierre ! la pierre ! Donnez-moi la pierre précieuse !  »

« Quelle pierre ? » demanda le sannyasin.

« La nuit dernière, le Seigneur Shiva m’est apparu
en rêve, dit le villageois, et me dit que si j’allais
à la périphérie du village à la tombée de la nuit,
je trouverais un sannyasin qui me donnerait une pierre
précieuse qui me rendrait riche pour le restant de ma vie… »

Le Sannyasin fouilla dans son sac et en sortit une
pierre :

« Il voulait probablement dire celle-ci, dit-il, en
tendant la pierre au villageois : je l’ai trouvée dans
un sentier de la forêt, il y a quelques jours. Tenez,
Je vous la donne… » dit le Sannyasin, en toute
simplicité.

Le villageois regarda la pierre Précieuse avec
émerveillement : c’était probablement le plus gros
diamant du monde…

Il prit le Diamant, et s’éloigna rapidement.
Toute la nuit, il se retourna dans son lit, incapable
de dormir.

Le lendemain, dès l’aube, il éveilla le Sannyasin et
lui demanda :

« Donnez-moi la Richesse Intérieure qui vous permet de
donner ce Diamant avec autant d’aisance… »

——————————————————-

« N’oublie pas de te demander à toute occasion s’il ne
s’agit pas de quelque chose d’inutile. »
Le Livre tibétain des morts

« La vie est courte, le temps Fugace. Réalise ton être.
La pureté du coeur est la porte qui mène à Dieu. Aspire.
Renonce. Médite. Sois bon ; fais le bien. Sois généreux ;
sois compatissant. Cherche ; connais-toi toi-même. »
Sivananda

Publicités

Appréciez-vous ce que vous avez ?

Un jour, le père d’une très riche famille amène son fils à la
campagne pour lui montrer comment vivent les pauvres.

Ils passent quelques jours sur la ferme d’une famille qui n’a
pas beaucoup à leur offrir.

Au retour, le père demande à son fils. : « As-tu aimé ton séjour? »

« C’était fantastique papa! »

« As-tu vu comment vivent les gens pauvres? » Demande encore le père.

« Ah oui! » Répond le fils

« Alors qu’a-tu appris? »

Le fils lui répond « J’ai vu que nous n’avions qu’un chien alors qu’ils
en ont quatre.

Nous avons une piscine qui fait la moitié du jardin et ils vont
dans une grande crique sur la mer.

Nous avons des lanternes dans notre jardin et eux ont des étoiles
partout dans le ciel.

Nous avons une immense galerie à l’avant et eux ont l’horizon.

Nous avons un domaine mais eux ont des champs à perte de vue.

Nous avons des serviteurs alors qu’eux servent les autres.

Nous achetons nos denrées et eux les cultivent.

Nous avons des murs autour de la propriété pour nous protéger.
Eux ont des amis qui les protègent. »

Le père en resta muet.

Le fils rajouta, « Merci Papa de m’avoir montré tout ce que nous
n’avons pas ».

Trop souvent nous oublions ce qui nous est acquis pour nous
morfondre sur ce que nous n’avons pas.

Ce qui est un objet sans valeur pour un peut très bien être un
trésor pour un autre. Ce n’est qu’une question de perspective.

C’est à ce demander ce qui arriverait si on rendait grâce
pour tout ce que nous avons au lieu d’en vouloir plus.

Apprenez à apprécier ce que vous « avez ».

Comment réagir au critique !!!!

Ole Bull, le violoniste norvégien du siècle dernier, avait étudié
avec de bons professeurs, mais pas d’excellents professeurs.

Il était si doué qu’il décrocha, à 25 ans, une tournée européenne.

Arrivé à Milan, un critique écrivit, après avoir assisté à son
concert :

« C’est un musicien qui manque encore de formation. Certes, c’est
un diamant, mais pour l’instant il n’est ni taillé ni poli. »

Lisant cette critique, il accusa le coup.

Puis il se leva, se rendit au siège du journal, et demanda à
parler au journaliste. C’était un musicologue de 70 ans, qui
savait de quoi il parlait.

Ole Bull écouta dans le détail tout ce que cet homme avait à
dire sur son jeu, sur ses erreurs, sur ce qu’il pouvait encore
améliorer.

Le lendemain, il annula le reste de sa tournée, retourna chez
lui, changea de professeurs, et travailla son jeu pendant 6 mois.

Il reprit ensuite les concerts et connut un succès sans
précédent, toute sa vie.

Nous pouvons prendre les critiques – si elles sont fondées –
comme des atteintes à notre image, ou comme des incitations à
changer, à progresser, à persévérer jusqu’à réussir.

 

Voilà une jolie citation qui vous donne mon point de vue sur cette jolie histoire…… Malheureusement cela n’as pas était toujours le cas me concernant heureusement que la vie n’est qu’un changement continu.

« L’humilité consiste à s’évaluer correctement. »
Charles Spurgeon

La vieille dame au restaurant‏

Une vieille dame s’arrête un soir dans
un restaurant d’autoroute.

Elle va au self et prend une soupe chaude,
puis va s’asseoir toute seule à une table.
Elle se rend compte qu’elle a oublié de prendre
du sel.

Elle se lève, erre un peu dans le restaurant
avant d’en trouver, et retourne à sa table.
Mais en revenant, elle y trouve un noir assis,
qui plonge sa cuillère dans le bol de soupe
et la mange lentement.

« Oh! Il a du culot ce noir! pense la brave
dame. Je lui apprendrais bien les bonnes
manières  »

Mais elle s’assied sur le côté de la table,
et charitablement le laisse manger un peu de
sa soupe. Tirant un peu le bol à elle, elle
plonge sa cuillère elle aussi,cherchant à
partager au moins cette soupe avec lui.

Le noir retire doucement le bol vers lui,
et continue de manger.

La dame se remet à le tirer légèrement vers
elle, pour pouvoir y avoir accès. Et ils
finissent la soupe ainsi.

Alors le noir se lève, lui fait signe de
patienter, et revient avec une portion de
frites énorme, qu’il partage avec elle,
comme la soupe.

Enfin ils se saluent, et la dame part aux
toilettes. Mais quand elle revient, elle veut
prendre son sac pour partir, et découvre
qu’il n’est plus au pied de sa chaise.

« Ah! J’aurais bien dû me méfier de ce noir! ».

Elle hurle dans tout le restaurant, criant
au voleur, jusqu’à ce que finalement on
retrouve son sac, posé au pied d’une table
où repose un bol de soupe refroidie…
SON bol auquel personne n’a touché.

C’était elle qui s’était trompée de table
et avait partagé le repas de l’homme!

Benny Benassi – Every Single Day

 

 

C’est avec ce genre de musique que je me déconnecte du monde, c’est ma manière de lacher prise, que je suis moi-même dancer et chanter comme un fou sans me préoccuper du reste…. un pur bonheur !!!!! merci que des gens comme Benny nous partages et me permet de plan……éééééééééééé grâce à cette chanson.

La responsabilité universelle

RESPONSABILITE
 
Pour affronter le défi de ce nouveau siècle, tous les hommes devront développer un plus grand sens de la responsabilité universelle.  Chacun de nous doit apprendre à ne pas travailler seulement pour lui-même, sa famille ou sa nation, mais aussi pour le profit de toute l’espèce humaine.  Raisonner en terme de nation, de pays, est démodé.  La responsabilité universelle est la clé de la survie humaine.  Les grands mouvements humains voient le jour dans les initiatives individuelles.  C’est donc le travail individuel pour le bien-être commun qui fait la différence.

Le changement, source d’inconfort

Le changement, source d’inconfort

En étant sincère et honnête avec toi-même, tu te sentiras plus vivant, mais peut-être aussi plus inconfortable. C’est parce que tu oses changer. Tu peux éprouver des émotions intenses. Autorise-les à s’exprimer pleinement. Après tout, tes messages intérieurs doivent peut-être traverser des années de doutes et de peurs inconsciemment accumulés. Laisse simplement ces sentiments faire surface et se répandre en toi. La lumière de ton esprit les purifiera et les guérira.

J’accpte tous les sentiments corrélatifs au changement et à la croissance.