De quoi se plaint-on ?‏

La discipline au monastère de Brunwald était déséspérément stricte. La loi du silence forçait les frères à se taire pendant 10 longues années. Après avoir attendu si   longtemps, chaque moine avait le droit de prononcer deux mots, mais pas un de plus.

Ce fut au tour du frère Haanz de s’entretenir avec  l’abbé. Parle frère, je t’écoute :  

  » Lit… dur », dit le moine.                                                                                                                                                                                                                                                                                        « Je vois » répondit son supérieur. 

Dix ans plus tard, le frère Haanz revint auprès de l’abbé.

« Quels sont les deux mots que tu voudrais me dire ? »                                                                                                                                                                                                                    « Nourriture… pue »                                                                                                                                                                                                                                                                                                   « Je vois » soupira l’abbé 

Une autre décennie s’écoula et le moine, à genoux devant le père, lâcha :

« Je… pars »                                                                                                                                                                                                                                                                                                                   « Eh bien ça ne m’étonne pas. Tu n’as pas cessé de te plaindre ! » lui lança l’abbé en guise d’au revoir. 

La chute est rude et drôle… mais la question est posée : pourquoi le moine avait-il choisi cette vie s’il n’était pas capable d’en profiter, s’il ne se laissait pas aller,   toujours préoccupé par son petit confort ? 

Comme lui, nous n’avons souvent que des mots pour nous plaindre alors qu’il suffirait de nous laisser aller et de profiter de ce que le monde a à nous offrir.

« Si tu remerciais Dieu pour toutes les joies qu’il te donne, il ne te resterait plus de temps pour te plaindre. » Maître Eckhart

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s