Sa femme venait de mourir et le pasteur veut lui parler…

Sa femme venait de décéderaprès un mariage long et paisible.
Elle avait l’habitude d’aller souvent à l’église.
Deux mois après son décès, le veuf reçoit un appel du pasteur.
« J’aimerais vous rencontrer pour vous parler d’un sujet sensible concernant votre femme »
« De quoi s’agit-il, mon père? »  »
Je ne peux malheureusement pas évoquer ce sujet au téléphone,mon fils.
Rassurez-vous il ne s’agit de rien de grave.
« Le veuf attend donc avec curiosité – et un peu d’anxiété quand même – la visite dupasteur.
Cet après-midi, le pasteur arrive et après avoir accepté avec reconnaissance un café, il explique:
« Votre femme était une femme très pieuse, très dévouée au service de notre église.
Juste avant qu’elle nous quitte- paix à son âme – elle m’a promis qu’elle nous ferait don d’une de ses maisons.
Et comme je sais que vous avez toujours été un très bon mari, je suis certain que vous souhaiterez honorer la parole de votre femme.
Elle est malheureusement décédée quelques jours avant de finir de remplir les documents dedonation à notre église.
« Puis le pasteur se tait,attendant la réaction du veuf.
Le veuf prend une gorgée decafé, puis répond: « Je suis conscient que ma femme était très croyante, comme je le suis moi-même.
« Il fait une pause et continue: « Par conséquent, je vais obéirà la volonté de Dieu: il a voulu que ma femme nous quitte AVANTd’avoir signé ces papiers, je me plierai donc à sa volonté.
 » (Nom), les opinions sont comme des nez. Chacun a le sien,parfois nous pensons qu’il est LA vérité, mais ce n’est qu’une opinion…
Et le fait d’y mêler nos croyances n’y change rien.
La vérité est illusoire, chacun porte en lui la sienne, et, comme le disait le chercheur John Lilly: « Dans le monde de notre esprit, tout ce que l’on croit vrai…
EST vrai, ou le devient.
 » Souvent nous tenons plus à nos opinions qu’à l’amitié ou l’amour qui nous unit à un autre être -et nous laissons nos opinions détruire la relation.
Nos opinions ne sont pas nous.
Elles sont le fruit de notre éducation, de nos préjugés, de l’influence des autres, et de mille autres facteurs qui les rendent relatives et sujettes à caution.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s