L’histoire du dessin parfait‏

En Chine, au temps des mandarins, il y
avait un jeune artiste nommé Zu Tao,
réputé pour être le meilleur artiste du
monde.

L’Empereur de Chine voulait le dessin
d’un crabe. Il fit contacter le jeune
artiste. Zu Tao, après avoir écouté sa
demande, l’accepta sous condition : il
avait besoin d’une grande maison de
campagne, de 12 employés de maison et de
5 ans pour réaliser ce dessin.

L’empereur accepta de bonne grâce. Au
bout de 5 ans il rendit visite à Zu Tao.
Le dessin n’avait pas été fait. « J’ai
besoin de 5 ans de plus avec la maison
de campagne et les 12 serviteurs,» dit
le jeune artiste.

L’empereur accéda à sa demande. 5
années passèrent et à nouveau l’empereur
lui rendit visite. Zu Tao prit un
morceau de parchemin et un pinceau, le
trempa dans l’encre noire, et, d’un
geste, dessina le crabe le plus parfait
qui ait jamais été vu sur terre.

Je vous propose de réfléchir à cette
histoire, et on en reparle…

L’histoire du petit arbre‏

Il y avait une fois dans la
forêt un petit arbre couvert de
feuilles aiguës. « Ah ! disait-il
un jour, mes voisins sont
heureux. Ils ont des feuilles
qu’on se plait à voir. Les
miennes sont comme des aiguilles.
Personne n’ose m’approcher. Je
voudrais être plus favorisé
encore que mes voisins. Je
voudrais avoir… des feuilles d’or. »

La nuit vient ; le petit arbre
s’assoupit, et le lendemain matin
il est transformé. « Quel
bonheur, s’écrie-t-il, me voilà
couvert d’or ! Pas un autre arbre
de la forêt n’a un vêtement
pareil. »

Mais à l’approche de la nuit
arrive un vieux, avec de longues
mains sèches, une grande barbe et
un grand sac. Il jette autour de
lui un regard craintif, et voyant
que personne ne l’observe,
détache les feuilles d’or, les
met dans son sac et s’enfuit.

« Ah ! dit le petit arbre, je
regrette ces belles feuilles qui
reluisaient au soleil. Mais des
feuilles de verre pourraient être
aussi brillantes. Je voudrais
avoir des feuilles de verre. »

Le soir, il s’endort, et le
lendemain matin il est de nouveau
transformé. A tous ses rameaux se
balancent des feuilles de verre.

« Ah ! dit-il, voilà une jolie
parure. Mes voisins n’en ont pas
une pareille. »

Mais des nuages noirs
s’amassent dans le ciel, le vent
se lève, l’orage éclate, et
toutes les feuilles de verre sont
brisées.

« Hélas ! murmure en soupirant
le vaniteux petit arbre, il est
bien élégant ce feuillage que
j’ambitionnais, mais bien
fragile. Mieux vaudrait un
vêtement de bonnes feuilles
vertes parfumées. »

Le soir, le petit arbre
s’endort, et le lendemain matin
il est vêtu comme il l’a désiré.
Mais l’odeur de ces feuilles
fraîches attire les chèvres, qui
viennent les ronger, et, en se
dressant sur leurs pattes
arrière, elles rongent jusqu’à la
cime du petit arbre, et le
laissent entièrement nu.

Alors il reconnut la folie de
ses orgueilleux désirs. Il
regrette, en s’endormant le soir,
ses premières feuilles, et le
lendemain matin se réjouit de les
voir reparaître sur ses rameaux.

Elles n’ont point l’éclat de
l’or, ni la lumineuse
transparence du verre, ni
l’attraction des plantes
aromatiques ; mais elles sont
solides, on ne viendra pas les
lui prendre et il les gardera en
toute saison.

On veut souvent ce qu’on n’a pas.
Ce que possèdent les autres
déclenche chez nous l’envie
et le manque.

Mais nous pouvons nous
concentrer sur nos forces au
lieu de nos faiblesses, sur
ce que nous avons au lieu de
ce qui nous manque.

C’est un des secrets du bonheur.

Comment, apres avoir tout perdu, il est devenu millionnaire‏

« Jeune homme, vous savez que nous
avons des principes dans cette école.

Cela fait 2 ans que votre père ne paye
plus les factures que nous lui faisons
parvenir, et nous vous avons néanmoins
gardé.

Malheureusement, il nous est
impossible de continuer. Vous devez donc
préparer vos affaires et quitter l’école
dès ce soir. »

Ce jeune homme ne savait pas que son
père ne payait pas l’école.

D’un coup tout son univers s’écroula.

Arrivé chez lui, tout le monde le
regardait bizarrement.

Puis il entendit un mot, qui revenait
souvent :

« Faillite ».

Son père avait fait faillite.

Il perdit tout: ses amis, sa maison,
ses jouets, les meubles de sa chambre,
sa confiance en lui.

Pourtant ce jeune homme est devenu
plus tard millionnaire.