Le puzzle

Un scientifique, préoccupé par les
problèmes dans le monde, était résolu à
trouver les moyens de les réduire. A
cette fin, il passait ses journées dans
son laboratoire.

Un jour, son fils de 7 ans envahit
son sanctuaire, bien décidé à aider son
papa à travailler… Mais le
scientifique, agacé par cette
interruption, demanda à l’enfant
d’aller jouer ailleurs.
Au bout d’un quart d’heure, le petit
était toujours là, tournant autour de
son père, observant chaque machine,
chaque pipette, à l’affut de la
première bêtise à faire.

Pour distraire son fils, le
scientifique rusa : il prit une revue
de géographie dans laquelle figurait
une belle carte du monde, s’empara
d’une paire de ciseaux, découpa la
mappemonde en 50 morceaux et donna le
tout à l’enfant.

– A toi de jouer fiston. Puisque les
casse-têtes te plaisent, voici un
puzzle que tu devras reconstituer tout
seul !

Le scientifique pensait que ce
subterfuge lui assurerait une bonne
matinée de calme.
Pourtant, au bout d’une heure,
l’enfant appela calmement son père :

– Papa, j’ai terminé le puzzle.

Au début, le scientifique ne releva
même pas la tête de sa paillasse. Il
était impossible qu’un enfant de 7 ans
ait pu recomposer cette carte aussi
vite.

– Papa, viens voir, j’ai terminé !
lança à nouveau le petit.

Intrigué, le père s’approcha de
l’enfant. A sa grande surprise, la
carte était complète ! Tous les
morceaux avaient été placés dans
l’ordre. Comment était-ce possible ?

– Fiston ? Tu ne sais même pas lire
une carte du monde… Comment as-tu
réussi à assembler les morceaux ?

– C’est vrai papa, je ne sais pas
comment est le monde, mais quand tu as
détaché la carte de la revue pour la
découper, j’ai vu que, de l’autre côté,
un monsieur était dessiné. Donc, j’ai
retourné les morceaux de la carte pour
assembler le bonhomme. Je savais qu’en
retrouvant l’homme, je retrouverai le
monde.

________________________

« La planète va mal, le climat est
bouleversé, le monde est déréglé… »
Nous entendons ces messages
inquiétants à longueur de journée. Dans
les émissions radios et télé, les
scientifiques ont la part belle.

La situation, c’est vrai, semble
préoccupante, mais la solution ne
viendra ni des climatologues ni des
géographes. Ils ne peuvent qu’observer
le monde et non régler ses problèmes.

Le salut du monde se trouve en
l’homme, en chacun de nous. Car c’est
en réglant nos propres appétits, en
révisant nos modes de vie et de
consommation que nous sauverons la
planète.

« L’homme, c’est l’univers en
miniature. L’homme et le monde sont
interdépendants. L’homme est le garant
de l’équilibre de la création. »
Amadou Hampâté Bâ

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s