On a tous le droit d’être heureux

« COMPASSION »
« Habituellement, le concept de compassion ou d’amour évoque un rapprochement ou une sensation qui vous porte vers votre ami – et aussi quelquefois, à tort, un sentiment de pitié.  Quand l’affection pour autrui se teinte de condescendance, ce n’est pas la véritable compassion.  La compassion authentique doit reposer sur le respect et la conviction que les autres, comme nous-mêmes, ont le droit d’être heureux et de chercher à apaiser leurs souffrances.  Et, la souffrance restant omniprésente, nous devons toujours nous sentir concernés et éprouver une authentique compassion pour autrui. »
Du Dalaï-Lama
Publicités

Pensée tellement juste !

 » lorsqu’on critique quelqu’un, restons conscient que nous ne pouvons voir les défauts de l’autre que dans le mesure où nous avons nous-mêmes ces mêmes défauts, car sinon nous ne les verrions pas.

la Vérité est dans l’instant et elle est dans ce qui est au-delà du mental, des pensées.

Lorsque notre cœur est touché par la beauté d’un soleil couchant ou du sourire d’un enfant, nous sommes dans le vécu pur, sans analyse ni bavardage mental.

C’est pourquoi, même si le mental est un outil pratique pour résoudre les problèmes de la vie quotidienne (faire ses comptes, sa liste de courses…) il devient un obstacle pour le chercheur de Vérité, car la Vérité est dans le ressenti, dans une vision directe, au-delà du mental, au-delà des pensées.

L’ego a du mal à l’accepter, mais nos pensées, nos opinions, nos connaissances n’ont aucune véritable valeur. Même les plus belles et profondes pensées spirituelles n’ont pas plus de valeur que celle de devoir se brosser les dents, si ces pensées ne procèdent pas de l’expérience directe de la Vérité, du ressenti de Qui Nous Sommes vraiment, de notre nature Divine, illimitée, au-delà de tout.

On peut même se leurrer soi-même pendant des années, parce qu’on a bien compris et saisi des concepts spirituels et qu’on sait les restituer aux bons moments, mais ils ne sont qu’au niveau intellectuel et ne sont pas descendus dans le cœur.  »

Merci  Lénah de « Dieu-autrement » de cette pensée au si juste !!!!