Simone Weil : Une philosophie mystique

La Création est abdicationLa métaphysique weilienne trouve son point d’articulation dans l’idée de décréation – lemot est emprunté à Charles Péguy. Il s’agit de souligner la vocation autoannihilatrice del’homme.«Dieu est absent», il s’est retiré du monde. «Le sacrifice de Dieu est la Création» (LaConnaissance surnaturelle). Il a laissé advenir hors de lui ce qui était en lui, ce qui étaitlui.Si Dieu était présent, il n’y aurait que lui.» Selon Simone Weil, qui insiste sur ce point, encréant le monde Dieu s’est vidé de sa divinité – une kénose (kenôsis, vide), déjà formuléedans la Kabbale juive (l’ignorait-elle?): «La Création est un acte non pas d’expansion desoi, mais de retrait, de renoncement. […] Il a vidé de soi une partie de l’être» (Attente deDieu). D’où le mal: «Il faut une représentation du monde où il y ait du vide, afin que lemonde ait besoin de Dieu. Cela suppose le mal» (La Pesanteur et la Grâce).Pour les mêmes raisons, Dieu est faible et humilié, car en créant le monde il s’est affaibliet humilié. Alain, le maître de Simone, rationaliste intransigeant, ajoutait que c’est mêmece qui distingue le Dieu chrétien crucifié des dieux païens: une faiblesse constitutive.La création ex nihilo est bien le signe de la toute-puissance de Dieu, puisqu’il fait advenirle néant à l’être, mais elle est aussi le signe d’une essentielle faiblesse, car c’est d’abord unacte d’amour qui est le contraire exact de la force, et par-là même une «renonciation» àêtre le «tout dans le tout», une «abdication» qui est sacrifice. Le monde créé est une béanceentre Dieu et Dieu.«‹[…] Tout être excerce tout le pouvoir dont il dispose› (Thucydide). Comme du gaz, l’âmetend à occuper la totalité de l’espace qui lui est accordé. Un gaz qui se rétracterait etlaisserait du vide, ce serait contraire à la loi d’entropie. Il n’en est pas ainsi du Dieu deschrétiens. C’est un Dieu surnaturel au lieu que Jéhovah est un Dieu naturel.» (LaPesanteur et la Grâce)

La décréation«Il s’est vidé de sa divinité. Nous devons nous vider de la fausse divinité avec laquellenous sommes nés.Une fois qu’on a compris qu’on n’est rien, le but de tous les efforts est de devenir rien.C’est à cette fin qu’on souffre avec acceptation, c’est à cette fin qu’on agit, c’est à cette finqu’on prie.Mon Dieu, accordez-moi de devenir rien.À mesure que je deviens rien, Dieu s’aime à travers moi.» (La Pesanteur et la Grâce)Au commencement est l’exinanition. En se retirant de la création, Dieu a confié le mondematériel au règne de la nécessité, celui des âmes à la contingence, pour qu’elles puissentlibrement l’aimer. Pour être capable d’un tel amour, il faut se déprendre de soi, plus encoremourir à soi-même, renoncer librement (la décréation est suspendue au libre consentementde l’homme) à l’être qu’il nous a donné. Dieu seul peut aimer Dieu.La décréation est un rendu pour un volé: «Dieu m’a donné l’être pour que je le lui rende.»Il faut se retirer de soi-même, comme Dieu du créé, pour qu’il n’y ait plus que Dieu: «Jedois reproduire en sens inverse l’abdication de Dieu.»Il faut renoncer à être quelque chose («Le péché en moi dit »je«»), il fautmourir à soi, «se vider de sa fausse divinité, se nier soi-même, renoncer àêtre en imagination le centre du monde». Il faut être capable de«détachement», briser tous les fils qui nous relient illusoirement à laréalité du monde, qui n’est que «la réalité du moi transporté dans leschoses».L’univers étant privé de toute finalité (illusion téléologique), nous devonsconsentir librement à la nécessité, et donc à la possibilité du malheur.Soumis au mécanisme, le monde phénoménal est une pure extérioritéd’inertie qui témoigne de l’absence de Dieu et donc d’une séparation, qui, en creux, nousrelie à la transcendance. Dieu est présent dans son absence même. Il reste à la créaturel’obéissance, le seul mobile pur.«Obéissance: il y en a deux. On peut obéir à la pesanteur ou au rapport des choses. Dans lepremier cas, on fait ce à quoi pousse l’imagination combleuse de vides. […] Si on suspendle travail de l’imagination combleuse et qu’on fixe l’attention sur le rapport des choses,une nécessité apparaît à laquelle on ne peut pas ne pas obéir.» (La Pesanteur et la Grâce)

 

La Pesanteur et la Grâce/L’amour et la force

 

– La Pesanteur et la Grâce«La distance entre le nécessaire et le bien est la distance même entre la créature etle créateur.»(La Pesanteur et la Grâce)L’être et le bien – il y a conjonction de l’être et de la valeur; Simone Weil a lu trèsattentivement les livre VI et VII de la République de Platon – sont ailleurs. Noussommes dans leur absence. Pesanteur. Rien, par nos seules forces, ne nous permetde monter jusqu’à Dieu, car il n’y a pas de mouvement ascendant premier, sinonpar l’effet second d’un mouvement descendant. «La grâce, c’est la loi dumouvement descendant.» Il faut que Dieu descende vers nous pour que, de quelquefaçon, nous puissions monter vers lui.«La création est faite du mouvement descendant de la pesanteur, du mouvementascendant de la grâce et du mouvement descendant de la grâce à la deuxièmepuissance.La grâce, c’est la loi du mouvement descendant.» (La Pesanteur et la Grâce)

L’amour et la forceToute contrainte est impure: «Prendre puissance sur, c’est souiller, posséder, c’estsouiller.» Au contraire: «Aimer purement, c’est consentir à la distance.» L’amourest retrait, il est refus de la force, il est douceur et don: «L’amour n’exerce ni nesubit la force; c’est là l’unique pureté.» La force soumet les hommes, ils deviennentchoses. Puissance pétrifiante, elle condamne le vivant à vivre comme un cadavre.Puissance enivrante aussi, pour qui croit la posséder; mais quiconque en use ploiesous sa contrainte.Dieu est faible («et petit…», ajoutait Alain), puisque Dieu est aimant, et quel’amour est le contraire exact de la force, comme la pesanteur l’est de la grâce: «Levrai Dieu est le Dieu conçu comme ne commandant pas partout où il en a lepouvoir.»L’amour est abdication, c’est en ce sens que Dieu est amour, («O théos agapèestin», selon la parole johannique). Il est «impuissant». Au renoncement de Dieu àêtre tout doit répondre le renoncement humain. C’est la décréation.«Dieu a créé par amour, pour l’amour. Dieu n’a pas créé autre chose que l’amourmême, et les moyens de l’amour.» (Attente de Dieu)

La souffrance et le malheurLa souffrance, lorsqu’elle n’est pas dégradante, mais expiatrice et rédemptrice, comble ladistance instaurée par la nécessité, en l’épurant infiniment, et nous ramène vers Dieu:«Chaque fois que nous subissons une douleur, nous pouvons dire avec vérité que c’estl’univers, l’ordre du monde […] qui nous entrent dans le corps» (Attente de Dieu).Telle est la vérité de notre condition – Blaise Pascal n’est pas loin -, à savoir notre néantd’être, notre finitude d’être mortel; la mort est la vérité de cette condition: «Il n’y a pasd’amour de la vérité sans un consentement total […] à la mort.»Le malheur – qui est l’épreuve humaine de la nécessité dans son altérité radicale au désir –est la participation à la Croix du Christ par la souffrance rédemptrice: «La grande énigmede la vie humaine, ce n’est pas la souffrance, c’est le malheur.» Le malheur rend Dieuabsent, et pourtant, au risque de le perdre définitivement, l’âme ne doit pas cesser d’aimer,fût-ce à vide: «Alors un jour Dieu vient se montrer lui-même à elle et lui révéler la beautédu monde, comme ce fut le cas pour Job» (Attente de Dieu).La souffrance et le malheur nous arrachent à la pesanteur, aux faux besoins du «moi» sihaïssable, et nous font accéder à la connaissance des vrais besoins de l’âme. Le malheurnous détache de notre inconsistance ontologique.«L’extrême grandeur du christianisme vient de ce qu’il ne cherche pas un remèdesurnaturel contre la souffrance, mais un usage surnaturel de la souffrance.» (La Pesanteuret la Grâce)

La beauté du monde«La beauté est l’éternité ici-bas.» (Attente de Dieu)«Défaire en nous la créature…», c’est rétablir l’ordre: «Nous naissons et vivons àcontresens, car nous naissons et vivons dans le péché qui est un renversement de lahiérarchie. La première opération est le retournement. La conversion.»L’expérience de la beauté occupe une place essentielle dans cette «metanoia». Dans lacontemplation esthétique nulle appropriation de l’objet, mais un «détachement» qui nousouvre à la nécessité, «qui est une des faces de la beauté, l’autre face étant le bien». Dire ouià la nécessité est une approbation sacrée.L’univers est beau («la seule beauté qui soit présence réelle de Dieu») comme le serait uneoeuvre d’art parfaite, dit-elle. La beauté du monde en exprime la parfaite réalité. La beauténaturelle «est quelque chose comme un sacrement»: «Rien n’est beau comme la pesanteurdans les plis fugitifs des ondulations de la mer ou les plis presque éternels des montagnes»(La Pesanteur et la Grâce). Le beau tel qu’il se révèle encore dans les oeuvres d’art quiimitent la beauté du monde. «La peinture de Giotto est sainteté.»Nous ne sommes pas, ici, à la croisée des inspirations illustrées par l’École d’Athènes, deRaphaël, comme s’il nous fallait choisir entre la terre et le ciel, entre la damnation et lesalut, entre Aristote et Platon. Les racines de la terre sont célestes, le naturel pour qui sait yregarder attentivement – et nous savons que l’accoutumance exige conversion – témoignede l’ordre universel. La terre est l’ombre portée du ciel – rapport rigoureux des choses de laterre aux choses divines, elles sont nombre – ici l’analogie comme descente de Dieu.«L’amour pour la cité de l’univers, pays natal, patrie bien-aimée de toute âme, chérie poursa beauté, dans la totale intégrité de l’ordre et de la nécessité qui en sont la substance.»(Pensées sans ordre concernant l’amour de Dieu)

L’attention et la prière«L’attention absolument sans mélange est prière.» (La Pesanteur et la Grâce)L’attention, cette concentration de l’activité mentale sur un objet déterminé, estapprentissage du réel, sur les ruines de l’arrogance du moi. Elle est l’opération de l’espritqui exprime l’ordre du monde et nous ouvre à la contemplation du divin. En cela,l’attention peut être réputée «créatrice» du monde, puisque c’est par elle – à l’image de lapensée inchoative divine – que nous saisissons librement la nécessité, qui est la seuleréalité du monde.«L’attention extrême est ce qui constitue dans l’homme la faculté créatrice, et il n’y ad’attention extrême que religieuse. La quantité de génie créateur d’une époque estrigoureusement proportionnelle à la quantité d’attention extrême, donc de religionauthentique à cette époque.» (La Pesanteur et la Grâce)Toute bonne pédagogie doit apporter le plus grand soin à cette faculté d’attention quidétourne de soi et ouvre à l’altérité. Il faut s’exercer à ce qui, pour l’esprit, est le contrairemême de l’effort besogneux.L’attention est épreuve du néant, arrachement aux tentations idolâtriques, suspension detoutes hypostases ou perspectives subjectives, abandon dans le désert cathartique à la puregrâce («le vide est un passage pour la grâce»).«Portée de l’attention:1 – sur le plan intellectuel: elle évite l’erreur;2 – sur le plan sentimental: elle évite l’infidélité;3 – sur le plan de l’action: elle évite le péché.»(Notes de cours de son élève Anne Reynaud-Guérithault)

Les idoles«‹Notre Père qui êtes aux cieux…› dit le Pater. C’est le Père qui est dans les cieux. Nonailleurs. Si nous croyons avoir un Père ici-bas, ce n’est pas lui, c’est un faux Dieu.» (LaPesanteur et la Grâce)Les faux dieux fabriqués par les hommes sont «pleins» et «solides». À commencer par le«social», le «collectif», «qui nous enchaîne à la terre», d’où procède la soif de l’or et dupouvoir. «Ce gros animal, qui est la bête sociale, est de toute évidence la même que la bêtede l’Apocalypse.» Comme Platon qui, dans la République (493 a), fustigeait le peuple,«animal grand et fort», Simone Weil se fait la contemptrice du «nous», du «on», quis’interposent entre l’homme et Dieu.«L’homme est un animal social, et le social est le mal»; ou encore: «Il ne faut pas être moi,mais il faut encore moins être nous. La cité donne le sentiment d’être chez soi. Prendre lesentiment d’être chez soi dans l’exil. Être enraciné dans l’absence de lieu.» (La Pesanteuret la Grâce)S’il y a un passage du personnel à l’impersonnel – quoique radicalement opposés -, aucunaccès ne peut mener du «nous» à Dieu.«Le passage dans l’impersonnel ne s’opère que par une attention d’une qualité rare et quin’est possible que dans la solitude. Non seulement la solitude de fait, mais la solitudemorale. Il ne s’accomplit jamais chez celui qui se pense lui-même comme membre d’unecollectivité, comme partie d’un ‹nous›.» (Écrits de Londres)Il faut se perdre pour être sauvé. C’est l’expérience de La Montée du mont Carmel et de LaNuit obscure – noche oscura – de saint Jean de la Croix, nuit mystique qui nous fait perdrejusqu’à l’idée même de Dieu. La tentation peut être grande alors de chercher refuge enDieu pour ne pas se perdre. Dieu devient idole, une raison supplémentaire de vivre, alorsque Dieu ne peut être, selon l’expression de G. Kempfner, qu’une «raison de mourir».Le péché est le refus du vide (pléonexia), un certain goût du plein. Bien qu’il se nourrisseaussi du vide que l’imagination tente de combler. Il faudrait en somme, très taoïstement,vider le vide.«Aimer la vérité signifie supporter le vide, et par suite accepter la mort. La vérité est ducôté de la mort.» (La Pesanteur et la Grâce)

L’athéisme purificateur«Un mode de purification: prier Dieu, non seulement en secret par rapport aux autreshommes, mais en pensant que Dieu n’existe pas.» (Cahiers I)La foi suppose, pour n’être pas une simple superstition, un athéisme préalableprofondément vécu, «purificateur» de toute tentation idolâtrique, et donc adorateur. «Il y adeux athéismes dont l’un est une purification de la notion de Dieu» (La Pesanteur et laGrâce). Il faut refuser de soumettre sa croyance à ses fantasmes, libérer sa foi des désirshumains, en somme séparer le bien de la convoitise.«La religion en tant que source de consolation est un obstacle à la véritable foi: en ce sensl’athéisme est une purification. Je dois être athée avec la partie de moi-même qui n’est pasfaite pour Dieu. Parmi les hommes chez qui la partie surnaturelle d’eux-mêmes n’est paséveillée, les athées ont raison et les croyants ont tort.» (La Pesanteur et la Grâce) 

3 réflexions sur “Simone Weil : Une philosophie mystique

  1. merci pour ce condensé éclairant de la mystique de Simone Weil;il m’a permis de mieux comprendre certains passages de la PESANTEUR ET LA GRACE que je viens d’achever;je vais y retourner!

  2. Vous pourriez donner les références de ce texte. C’est un minimum d’honnêteté.
    Simone Weil, Portfolio, ADPF.
    Texte de François L’Yvonnet

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s