Action égal réaction

Karma

Chaque action est appelée à produire des résultats. Cela signifie que, quelles que soient vos activités positives ou négatives, vous éprouverez de la même façon des résultats positifs et négatifs. Ces actions vous suivront comme l’ombre d’un oiseau qui vole dans le ciel, elles augmenteront, se multiplieront. Une action positive ou négative, si petite soit-elle, peut produire un résultat gigantesque. Vous ne devriez pas penser qu’un méfait est insignifiant et ne vous fera pas de mal dans le futur. De la même manière qu’un grand récipient est rempli de gouttes d’eau, les plus petites actions négatives peuvent provoquer beaucoup de mal. Une fois l’action accomplie, ses effets ne disparaîtront jamais, et vous devrez toujours assumer ses conséquences.

18 Décembre

A la recherche du message intérieur

Dans la démarche visant à la création d’un monde  meilleur, je constate que les gens s ‘appuient fréquemment surs leurs propres « bonnes idées », au lieu d’écouter l’univers en eux. Leurs souffrances, leurs peurs et leurs sentiments de culpabilité motivent souvent  leur désir d e »faire quelque chose pour sauver le monde ». C’est la voie de l’égo, s’élévant d’une situation d’impuissance et d’inquétude, luttant vainement pour annihilier ces sentiments. A ces moments-là, il faut faire le point avec ton moi itrieur et voir quelle action il t’indique vraiment d’entreprendre.

Mes actions émanent de mon guide intérieur.

3 Avril

L’aspect masculin

L’aspect masculin représente l’action. C’est notre capacité d’action dans le monde physique: penser, parler, se mouvoir. pour un homme comme pour une femme, l’énergie masculine permet d’agir. C’est l’extrémité émettrice du canal. L’aspect féminin reçoit l’énergie créatrice universelle et l’aspect masculin l’exprime dan le monde par l’action. Ainsi se traduit le processus créatif.

J’honore et j’exprime mon aspect masculin.

« Le bien et le mal »

bien-et-mal.jpg 

 

« Tout faire, tout dire et tout penser, en homme qui peut sortir à l’instant de la vie. Quitter les hommes, s’il y a des Dieux, n’a rien de redoutable, car ceux-ci ne sauraient te vouer au malheur. Mais, s’il n’y en a pas, ou s’ils n’ont aucun soin des choses humaines, qu’ai-je affaire de vivre dans un monde sans Dieux et vide de Providence ? Mais ils existent et ils ont soin des choses humaines, et, pour que l’homme ne tombe pas dans les maux qui sont des maux véritables, ils lui en ont donné tous les moyens. S’il était quelque mal en dehors de ces maux, les Dieux y auraient également pourvu, afin que tout homme fût maître d’éviter d’y tomber. Mais, comment ce qui ne rend pas l’homme pire pourrait-il rendre pire la vie de l’homme ? Ce n’est point pour l’avoir ignoré ni pour en avoir eu connaissance sans pouvoir le prévenir ou le corriger, que la nature universelle aurait laissé passer ce mal ; elle ne se serait pas, par impuissance ou par incapacité, trompée au point de faire échoir indistinctement aux bons et aux méchants une part égale de biens et de maux ? Or, la mort et la vie, la gloire et l’obscurité, la douleur et le plaisir, la richesse et la pauvreté, toutes ces choses échoient également aux bons et aux méchants, sans être par elles-mêmes ni belles ni laides. Elles ne sont donc ni des biens ni des maux ».