S’abstenir de faire du mal

La non-violence n’est pas seulement l’absence de violence. La non-violence, c’est s’abstenir de faire du mal quand on en aurait l’ocassion. La non-violence est comme le reflet de l’expression de l’amour humain et de la compassion humaine.

Publicités

Vous connaitrez le bonheur

Karma

Si vous faites le bien, vous connaitrez le bonheur; si faites le mal, vous souffrirez. Nos actions karmiques nous suivent de vie en vie, ce qui explique pourquoi certaines personnes qui se satisfont constamment du négatif sont encore prospères et pourquoi d’autres, engagées dans une pratique spirituelle, rencontrent des difficultés innombrables. les actions karmiques ont été accomplies durant un nombre infini de vies, donc il existe un nombre infini de potentialités pour un nombre infini de conséquences.

Le plus grand bien pour tous

Le plus grand bien pour tous

La visualisation créatrice ne peut être utilisée afin de contrôler le comportement des autres ou de les inciter à effectuer quoi que ce soit contre leur volonté. Son seul effet consiste à faire disparaître nos barrières intérieures afin de connaître l’harmonie naturelle et le plein épanouissement de l’être, permettant ainsi à chacun de s’exprimer de la façon la plus positive.

Lorsque je manifeste mon plus grand bien, je permets aux autres d’en faire autant.

Nos actions karmiques nous suivent de vie en vie

« KARMA »
« Si vous faites du bien, vous connaîtrez le bonheur ; si vous faites le mal, vous souffrirez.  Nos actions karmiques nous suivent de vie en vie, ce qui explique pourquoi certaines personnes qui se satisfont constamment du négatif sont encore prospères et pourquoi d’autres, engagées dans une pratique spirituelle, rencontrent des difficultés innombrables.  Les actions karmiques ont été accomplies durant un nombre infini de vies, donc il existe un nombre infini de potentialités pour un nombre infini de conséquences. »
Du Dalaï-Lama

26 Mars

Le plus grand bien pour tous

La visualisation créatrice ne peut être utilisée afin de contrôler le comportement des autres ou de les inciter à effectuer quoi que ce soit contre leur volonté. Son seul effet consiste à faire disparaître nos barrières intérieures afin de connaître l’harmonie naturelle et le plein épanouissement de l’être, permettant ainsi à chacun de s’exprimer de la façon la plus positive.

Lorsque je manifeste mon plus grand bien, je permets aux autres d’en faire autant.

19 Mars

Briser les barrières

La visualisation créatrice représente un moyen de débloquer ou de briser les barrières que tu t’es créées, et elle te permet de vivre naturellement en harmonie dans le flux d’amour et de félicité de l’univers. Cette sassure n’est vraiment efficace que lorsqu’elle s’effectue dans la perspective de tes objectifs les plus élevés pour le plus grand bien de tous.

Je brise mes barrières et découvre mon plus grand bien.

« Le bien et le mal »

bien-et-mal.jpg 

 

« Tout faire, tout dire et tout penser, en homme qui peut sortir à l’instant de la vie. Quitter les hommes, s’il y a des Dieux, n’a rien de redoutable, car ceux-ci ne sauraient te vouer au malheur. Mais, s’il n’y en a pas, ou s’ils n’ont aucun soin des choses humaines, qu’ai-je affaire de vivre dans un monde sans Dieux et vide de Providence ? Mais ils existent et ils ont soin des choses humaines, et, pour que l’homme ne tombe pas dans les maux qui sont des maux véritables, ils lui en ont donné tous les moyens. S’il était quelque mal en dehors de ces maux, les Dieux y auraient également pourvu, afin que tout homme fût maître d’éviter d’y tomber. Mais, comment ce qui ne rend pas l’homme pire pourrait-il rendre pire la vie de l’homme ? Ce n’est point pour l’avoir ignoré ni pour en avoir eu connaissance sans pouvoir le prévenir ou le corriger, que la nature universelle aurait laissé passer ce mal ; elle ne se serait pas, par impuissance ou par incapacité, trompée au point de faire échoir indistinctement aux bons et aux méchants une part égale de biens et de maux ? Or, la mort et la vie, la gloire et l’obscurité, la douleur et le plaisir, la richesse et la pauvreté, toutes ces choses échoient également aux bons et aux méchants, sans être par elles-mêmes ni belles ni laides. Elles ne sont donc ni des biens ni des maux ».