Le désir d’apporter le bien-être

Le désir d’apporter le bien-être aux autres peut, bien-sûr, signifier les soulager de leurs douleurs et de leurs souffrances physiques immédiates,mais cela va plus loin. C’est aussi aider les autres à atteindre la libération. Nous devons pour cela commencer par une compréhension exacte de la « libération ». Elle est liée à la compréhesion du vide, parce que le nirvana tel que les enseignements bouddhistes le définissent doit être compris en tant que vide. Ainsi, d’aprés le bouddhisme, sans compréhension du vide il n’est pas réellement possible de comprendre ce qu’est la vraie libération : et sans cela, l’aspiration à atteindre la libération ne pourra jamais s’accomplir.

Publicités

Une renaissance à partir de karma

Du point de vue bouddhiste, la théorie de la renaissance devriat être comprise, non pas à partir de karma, mais d’aprés notre perception de la nature de causalité car chaque événement doit avoir des causes et des conditions qui le précèdent. Par conséquent, même un simple événement cognitif – par exemple, de conscience ou d’esprit – doit avoir des causes et des conditions ; et donc, à travers ce processus, nous pouvons vérifier la continuité sans commencement de la conscience. Une fois que nous sommes capables de développer cette compréhension du processus causal, alors la théorie de la renaissance se développe naturellement d’aprés ce type de compréhension causale.

Zen le W-E du 9 et 10 Mai

Vivre Zen

Si votre vie vous semble encombrée de soucis, ne prenez pas trop à coeur tous les problèmes que vous rencontrez.

Pour prendre un peu de recul sur vous-même et sur certaines situations, imaginez que, dans cent ans, vous et tous ceux que vous connaissez auront disparu. Les Bouddhistes appellent ce principe la « loi de l’impermanence », selon laquelle tout change continuellement.

Percevoir le monde et de nous relier à lui

REALITE
Pourqoui, en dépit de notre profond désir d’être heureux, sommes-nous confrontés en permanence à la souffrance et à la douleur ?  Du point de vue bouddhiste, parce que nous avons certaines conception « défectueuses » quant à la manière de percevoir le monde et de nous relier à lui.  A la racine de ce mensonge, le bouddhisme identifie quatre points de vue erronés.  Le premier consiste à envisager les choses et les événements – qui sont impermanents et transitoires – comme éternels, permanents et invariables.  Le deuxième tient au fait de ressentir comme très agréables les choses et les événements qui sont sources de mécontentement et de souffrance.  Le troisième point de vue erroné est que nous avons souvent tendance à considérer comme pures et désirables des choses qui sont impures.  Et le quatrième réside dans notre tendance à projeter une notion d’existence concrète sur des événements et des choses qui, en réalité, manquent d’une telle autonomie.

Zen le 2 Avril

 » Dans l’entrée des monastères zen, on trouve, sur un panneau de bois, une inscription en quatre lignes. Voici la dernière:

Ne gaspillez pas votre vie. Nos vie sont faites de jours et d’heures et chaque heure est précieuse.

Avons-nous gaspillé nos heures et nos jours? Avons-nous gaspilleé nos vies? Voici d’importantes questions.

La pratique bouddhique consiste à être vivant à chaque instant. »

Thich Nhat Hanh