Lutter contre l’égoïsme

CHaque religion, quel que soit son point de vue philosophique, enseigne en premier lieu à lutter contre notre égoïsme et à servir les autres.
Malheureusement, parfois, au nom de la religion, des gens se battent au lieu de résoudre les problèmes. Tous les pratiquants devraient comprendre que chaque tradition religieuse revêt une immense valeur intrinsèque car elle permet d’atteindre une santé mentale et spirituelle.

Publicités

Philosophie et religion

Il y a beaucoup de philosophies différentes. Le bouddhisme, le jaïnisme ne reconnaissent pas un Dieu créateur. Pour nombre d’autres religions, au contraire, la philosophie fondamentale est la croyance en Dieu. Il y a là une grande différence.
Dans ces « religion sans Dieu », deux des philosophies sont fondées sur la théorie du moi indépendant, de l’âme indépendante et permanente.
Le bouddhisme ne reconnaissent pas cela non plus. Mais le but initial de ces différents enseignements est de servir et aider l’humanité, d’essayer de créer la paix intérieure et, à travers cela, d’établir la paix au sein de la communauté humaine.

Psaume I Livre I

1] Heureux l’homme qui ne marche pas selon le conseil des méchants, Qui ne s’arrête pas sur la voie des pécheurs, Et qui ne s’assied pas en compagnie des moqueurs.
[2] Mais qui trouve son plaisir dans la loi de l’Éternel, Et qui la médite jour et nuit!
[3] Il est comme un arbre planté près d’un courant d’eau, Qui donne son fruit en sa saison, Et dont le feuillage ne se flétrit point: Tout ce qu’il fait lui réussit.
[4] Il n’en est pas ainsi des méchants: Ils sont comme la paille que le vent dissipe.
[5] C’est pourquoi les méchants ne résistent pas au jour du jugement, Ni les pécheurs dans l’assemblée des justes.
[6] Car l’Éternel connaît la voie des justes, Et la voie des pécheurs mène à la ruine.

Chaque religion insiste sur l’évolution de l’homme

Religion

Toutes les religions, dans la foi qui leur est propre et en dépit de leurs différences philosophiques, ont un même objectif.

Chaque religion insiste sur l’évolution de l’homme, l’amour, le respect des autres, le partage de la souffrance. Sur ces différents points, chaque religion à plus ou moins la même approche et le même objectif.

Ton potentiel divin

Ton potentiel divin

 Il N’EXISTE aucune séparation entre Dieu et toi. Tu es une manifestation divine du principe créateur à ce niveau de la vie. C’est en toi que reside le potentiel de réalisation de toute chose. Toute manifestation produite grâce à la visualisation créatrice relève du processus permettant de reconnaître et de rendre visible ton potentiel divin sur un plan physique.

Je suis l’expression divine de Dieu.

De Shakti Gawain

27 Novembre

La manifestation

Il n’existe aucune séparation entre Dieu et toi; tu es une expression divine du principe créateur à ce niveau de la vie. Point n’est besoin d’accomplir ni d’attirer quoi que ce soit: tu contiens en toi le potentiel pour toute chose. La manifestation est le processus permettant à ton potentiel divin de revêtir une forme visible et concrète sur le plan physique.

Je manifeste mon potentiel divin dans tout aspect de ma vie.

« Le bien et le mal »

bien-et-mal.jpg 

 

« Tout faire, tout dire et tout penser, en homme qui peut sortir à l’instant de la vie. Quitter les hommes, s’il y a des Dieux, n’a rien de redoutable, car ceux-ci ne sauraient te vouer au malheur. Mais, s’il n’y en a pas, ou s’ils n’ont aucun soin des choses humaines, qu’ai-je affaire de vivre dans un monde sans Dieux et vide de Providence ? Mais ils existent et ils ont soin des choses humaines, et, pour que l’homme ne tombe pas dans les maux qui sont des maux véritables, ils lui en ont donné tous les moyens. S’il était quelque mal en dehors de ces maux, les Dieux y auraient également pourvu, afin que tout homme fût maître d’éviter d’y tomber. Mais, comment ce qui ne rend pas l’homme pire pourrait-il rendre pire la vie de l’homme ? Ce n’est point pour l’avoir ignoré ni pour en avoir eu connaissance sans pouvoir le prévenir ou le corriger, que la nature universelle aurait laissé passer ce mal ; elle ne se serait pas, par impuissance ou par incapacité, trompée au point de faire échoir indistinctement aux bons et aux méchants une part égale de biens et de maux ? Or, la mort et la vie, la gloire et l’obscurité, la douleur et le plaisir, la richesse et la pauvreté, toutes ces choses échoient également aux bons et aux méchants, sans être par elles-mêmes ni belles ni laides. Elles ne sont donc ni des biens ni des maux ».