Exercices d’attention et de mémoire

L’un des meilleurs exercices d’attention consiste à choisir 3 sujets

différents, par exemple une question personnelle, une question professionnelle, un

sujet d’ordre scientifique, philosophique ou littéraire.

Puis, pendant 5 minutes, montre en main, pensez uniquement au premier

sujet. Si des idées étrangères vous en éloignent, vous ramenez à la conscience la

question choisie. Au bout de 5 minutes vous passez brusquement au second sujet, et,

enfin, 5 minutes après au dernier sujet. Quand vous vous serez suffisamment exercé,

il vous sera facile de penser uniquement à ce que vous avez décidé d’examiner et de

rejeter instantanément les idées parasites ou obsédantes.

En partant d’un nombre quelconque, 100 par exemple, comptez

mentalement, en décroissant, au rythme de la seconde: 99; 98 ; 97; 96; etc. Lorsque

vous aurez compté facilement de 100 à 1, bien régulièrement et sans arrêt, vous

augmenterez la difficulté en partant de 200, de 300, de 400 ou de 500.

Effectuez de tête un calcul numérique relativement facile en inscrivant

les chiffres sur un tableau imaginaire et en cherchant à obtenir le résultat sans utiliser

ni papier ni crayon.

Parlez lentement en concentrant votre attention non seulement sur

l’idée exprimée mais aussi sur les mots.

Dans les écrits, appliquez-vous à mettre correctement les points, les

accents, la ponctuation, la barre à la lettre t, à diriger convenablement les lignes, à

ordonner harmonieusement l’ensemble de la calligraphie.

Vous éduquerez rapidement votre ouie et en même temps votre

attention en vous efforçant de saisir les différences de timbre dans les voix, en

cherchant à caractériser une personne par le rythme et le bruit de ses pas, en vous

évertuant à pénétrer le sens des paroles échangées par des passants.

Grâce à un entraînement de ce genre, des individus de certaines peuplades

primitives parviennent, l’oreille collée au sol, à détecter des bruits lointains, quasiinaudibles

et à déterminer leur nature. Vous savez, d’autre part, que les aveugles ont

généralement une perception auditive et une attention très aiguës qu’ils ont

progressivement perfectionnées. Ils peuvent, d’après le son de leur pas, savoir s’ils

s’approchent ou s’ils s’éloignent d’un objet, si celui-ci est mobile ou immobile, etc.

Les exercices suivants, assez différents de ceux que vous venons de voir,

accroissent également l’attention.

Prenez une feuille de papier entre le pouce et l’index, puis, pendant

cinq minutes, tenez-la verticalement sans qu’elle oscille.

Maintenez à bout de bras un verre rempli d’eau et évitez les moindres

trépidations.

Placez-vous contre un mur, le dos bien appliqué à la maçonnerie, le

corps très droit, les talons touchant le mur, les bras tombant le long du corps.

Respirez largement et calmement. Puis, sans changer la position du corps, élevez la

jambe droite de manière que le poids du corps porte sur la jambe gauche. Cherchez à

maintenir l’équilibre. Celui-ci étant obtenu, élevez les bras le long du mur jusqu’à ce

qu’ils atteignent l’horizontale, puis abaissez-les en réglant le mouvement d’élévation

et d’abaissement sur votre propre rythme respiratoire.

Redoublez d’attention afin d’associer parfaitement le mouvement des bras

avec la cadence respiratoire. Lors de la dilatation des poumons, élevez les bras et

laissez-les descendre lentement à mesure que vos poumons se vident d’air. Cherchez

à bien rythmer le mouvement. Seuls, les membres supérieurs et la cage thoracique

doivent y prendre part. Votre corps doit toujours demeurer appliqué contre le mur

sans bouger en aucune sorte. Cet exercice peut être modifié en élevant les bras

jusqu’à ce qu’ils soient verticaux de chaque côté de la tête. En l’occurrence, toute

votre attention doit tendre à vous maintenir contre le mur malgré l’instabilité de la

position.

Réunissez les deux mains en croisant les doigts, puis décrivez un petit

cercle avec le pouce droit en vous efforçant de le faire le plus régulier possible.

Ensuite, alors que votre pouce tourne, exécuter avec le pouce gauche un mouvement

analogue mais en sens opposé. Au début, vos mouvements s’embrouillent vite, des

distractions vous amènent des arrêts, mais, à mesure que votre concentration mentale

devient meilleure, que votre attention se développe, vous réaliserez de mieux en

mieux l’exercice.

Un exercice du même ordre consiste à mettre en jeu les deux mains

dont les doigts sont allongés et réunis en pointe. Vous tenez vos mains devant vous,

l’une en face de l’autre, à une faible distance. Vous faites décrire à la main droite une

circonférence d’une vingtaine de centimètres de diamètre, et, tout en continuant ce

mouvement de rotation, vous décrivez avec la main gauche une circonférence

analogue, mais en tournant en sens inverse.

Voici maintenant quelques exercices qui développent à la fois l’attention et la

mémoire.

L’un des plus simples et cependant très efficace consiste à mélanger 10

ou 12 morceaux de carton coloriés différemment, à les aligner sur une table, et, dos

tourné, à déterminer la position de chaque carton en commençant par la gauche ou

par la droite.

Les deux exercices qui suivent sont plus compliqués.

Faites établir par une tierce personne un tableau divisé par exemple en

douze cases sur chacune desquelles un objet (soucoupe, vase, chandelier, balance,

parapluie, marteau, tenaille, etc.) est représenté. Vous regardez attentivement ce

tableau afin d’obtenir un souvenir exact et complet de ce que représente chaque objet,

de la place qu’il occupe et de la manière dont il est disposé dans la case.

Un second tableau de 12 cases a été également établi mais les dessins figurant

dans chaque case ne sont pas à la même place que dans le tableau précédant, et, en

outre, ils peuvent présenter une disposition différente. Ainsi, l’image d’un marteau

ayant été dessinée dans le premier tableau selon l’une des diagonales d’une case peut

être dessinée selon l’autre diagonale dans le second tableau; le plateau de l’image

d’une balance peut pencher à droite dans le premier tableau et pencher à gauche dans

le second, etc.

Le premier tableau étant retiré de votre vue, l’exercice consiste, après avoir

examiné avec attention le second tableau, à indiquer, d’une part, pour chaque dessin,

le numéro de la case du premier tableau dans laquelle il figurait, et, d’autre part, à

préciser si le dessin a été modifié, soit par sa position, soit par quelques détails

particuliers.

En remplaçant les dessins d’objets par des figures d’aspect

géométrique, l’exercice, bien qu’étant analogue au précédent, est plus difficile à

réaliser. En effet, sa difficulté résulte du choix des figures géométriques qui, par leur

forme abstraite, éveillent peu l’imagination de sorte que leur souvenir se conserve

mal. Surtout si elles sont tracées à partir d’un petit nombre d’éléments (lignes droites

et lignes courbes, par exemple, à l’exclusion d’autres lignes) et si, en outre, quelques

figures sont analogues.

D’autres exercices peuvent être réalisés au gré des circonstances, c’est-à-dire

sans préparation préalable.

L’un d’eux consiste, comme le faisait Robert Houdin, à observer les

objets exposés dans une vitrine, à en établir la liste une fois rentré chez soi et à aller

la vérifier le lendemain. Le célèbre prestidigitateur avait ainsi acquis une telle

puissance d’attention qu’il lui suffisait de jeter un coup d’oeil sur la vitrine d’un

magasin pour être en mesure de dire immédiatement tout ce qui s’y trouvait. Il

donnait l’impression de décrire une photographie.

Une variante de cet exercice consiste à entrer dans une chambre

meublée, jeter un regard rapide autour de soi puis noter tous les détails que vous avez

pu recueillir. Vous serez étonné des progrès rapides qui suivront cet entraînement.

Vous pouvez également examiner un objet quelconque, considérer sa

forme, ses dimensions, sa couleur, ses détails particuliers, etc., puis, retiré de la vue,

en faire de mémoire une description aussi complète que possible. Quand elle est

terminée, vous la comparez avec l’objet.

Le lendemain, vous recommencez l’exercice avec le même objet et vous

constatez alors que les impressions qu’il détermine sont bien plus nombreuses et que

beaucoup de détails nouveaux surgissent à votre conscience.

Vous pouvez aussi, à la manière des policiers, observer rapidement

une personne, fermer les yeux ou détourner la tête et vous remémorer les détails

entrevus: coiffure, couleur des cheveux, des yeux, forme du nez, des lèvres, couleur

et dessins de la cravate, etc.

En pratiquant régulièrement les divers exercices décrits dans ce chapitre vous

développerez d’une manière insoupçonnée votre faculté d’attention, et, en même

temps, votre mémoire. Par la suite, chaque perception prendra sa valeur réelle, les

choses se présenteront sous des rapports nouveaux et vous leur découvrirez des

aspects originaux. Votre vie mentale deviendra ainsi plus intense et s’enrichira

d’autant.

Publicités