Lâcher Prise

Lâcher Prise

Imagine que la vie soit une rivière. La plupart des gens s’accrocent à ses rives, ayant peur de se laisser aller, d’être emportés par son courant. Lorsque la douleur engendrée par cette résistence devient plus insupportable de la crainte de se laisser aller, tu cèdes, et la rivière t’entraîne avec elle en toute quiétude. Dès que tu es habitué au courant, tu peux commencer à aller de l’avent et à t’orienter.

Tout en te laissant porter dans son flux, tu choisis, parmi ses nombreux bras, celui que tu préfères. A présent, tu peux apprécier d’être là, naviguant au sein de cette réalité essentielle, qui te guide consciemment vers la réalisation de tes objectifs en te rendant en même temps entièrement responsable de la création de ta vie.

Quand je me détends et me laisse aller, je navigue en direction de mon plus grand bien.   

De Shakti Gawain

20 Juillet

Pardonner et lâcher prise

Ecris les noms des personnes qui, dans ta vie, ont été la source de ressentiment, de colère ou de vexations. Ecris ce qu’eles t’ont fait et pourquoi tu éprouves de la rancune. Puis ferme les yeux, détends-toi et visualise chaque personne. Explique-leur tes raisons et la blessure sous-jacente à cette colère. Dis-leur que maintenant tu vas faire ton possible pour dissoudre et libérer toute l’énergie bloquée entre vous. Accordeleur ta clémence et prononce les paroles suivantes : « je pardonne et je te libère de ma rancue Poursuis ta route et sois heureux. »

Maintenant, je pardonne et je libère toute personne.

5 Juillet

Lâche prise et demande conseil

Dans certaines situations, tu tentes d’énoncer des affirmations et tu constates ton incapacité à le faire, ou bien, en cas de réussite, tu n’as pas l’impression d’avoir accompli quoi que ce soi. Dans ce cas, il est peut-être temps de cesser ces tentaties. Mets-toi en contact avec ta voix intèrieur et demande-lui de t’orienter. Tu as accès en toi à une source omniprésente que te guidera vers ton plus grand bonheur.

Je demande à mon moi supérieur de me guider.

Mon Histoire Tome 1

Il y a un petit tepms, j’avais écris ceci en réponce … bientôt quelques détails de mon Histoire seront dévoilés…

Je n’ai en aucun cas envie de devoir raconter mon Histoire en détails. Car l’Histoire « racontée » et non « vécue » demande à celui qui l’écoute de se l’imaginer et pour comprendre, de la comparer avec ses propres situations de vie (pour en ressentir l’émotion). Si le « ressenti » n’est pas comparable, l’Histoire est jugée et ce jugement est blessant pour celui qui l’a vécue.
D’emblé! On ne sait pas comparer! Chaque souffrance est personnelle! On ne peut pas évaluer et dire qu’une personne a souffert plus ou moins qu’une autre! Chaque « situation » est perçue et ressentie individuellement!
Donc pour éviter certaines questions je m’étai interdis d’être « personnel ».
Mais aujourd’hui, avec tout ce que j’ai lu, j’ai besoin de me « défendre » -> de nous défendre (tous ceux qui, comme moi, se sentent seul et incompris dans ce monde « ignorant »).
Je me suis souvent fait et laissé dire, que je suis trop gentille, que je me laisse trop faire, qu’on me marche trop facilement sur les pieds, que je suis trop pacifiste, qu’on profite trop de moi, … .
-> Comme des reproches!!
En plus, il n’y a pas longtemps, je suis tombé sur une phrase qui m’avais d’autant plus touché sur ma personnalité; « Celui qui pardonne trop et trop vite, demande à ce qu’on l’offense ».
A tel point que j’ai douté de « moi » et au baguage que je transmettrai à ma fille.
– La gentillesse sincère ainsi que la soumission sont de nos jours considérés comme faiblesses.
Avec tout ce que j’entends autour de moi et en constatant que « personne » de mon entourage ne me « ressemble », je me suis estimé être dans l’erreur et pensais devoir au plus vite « rectifier le tire ».
En remettant tout mon vécu et passé en question, en revivant ces souffrances, … En faisant le calcul des ressentis, … Et surtout en constatant que je n’éprouve aucune rancune, aucun désir de vengeance, aucun souhait de malheur, aucune agressivité ou autre ressenti « négatif » envers « mes bourreaux ».
-> J’ai commencé a me sentir mal, victime de mon propre « moi » (tout ce qui me soit arrivé fût de ma faute!?)et devoir changer me rendait triste et malheureux.

Et c’est en lisant ces textes, que je me redécouvre!!
C’est pas nous qui nous trompons!!
-> Ni la bonté, ni la sagesse ne sont preuve de faiblesse mais au contraire force et endurance pour notre paix intérieure!!
C’est en réalité ce pouvoir que nous possédons tous qui est recherché, … mais peu sont ceux qui arrivent à le faire grandir.
Grace aux textes, je redécouvre mes richesses et en réalité le pouvoir de ce que je suis, … .
Depuis toujours je n’attends rien de personne (ni forcément de la vie), pardonne ce qui me fait souffrir et vis pleinement ce qui m’apporte plaisir, mais depuis toujours je suis très exigeant avec moi-même (Le bonheur dans les « petites choses toutes simples »!)
Mais ce que je suis, me permet d’être… avec « rien » et « tout ».

Ne vous laissés jamais vous influencer contre votre paix!!

Puis une réponce de clarification …

Oui, biensûr; je vais repasser un peu en donnant des explications.
Pour saisir le sens, il ne faut surtout pas s’éloigner de l’idée du « lâcher-prise ».La gentillesse dont je parle (la face visible de l’iceberg) n’est que le résultat de ma manière de lâcher prise -> c’est l’aboutissement des ressentis pour que je sois en paix et pour que je sois de nouveau disponible pour profiter et vivre pleinement les nouvelles joies-peines qui s’offrent à moi.

C’est ce résultat qui est jugé et dans mon cas reproché. Mais « mon » processus intérieur, il n’y a que moi et ceux qui partagent mon intimité qui s’en rendent compte.
Donc, ne mécomprenez pas le sens donné aux adjectifs. (Je ne fais aucune allusion au « bon » et « mauvais » -> chacun lâche prise à sa manière).
Moi; Pour passer outre et être de nouveau « libre » d’une émotion, il me faut « pardonner », mais je ne prétends pas qu’au moment de l’offense je n’ai pas ressenti la colère ou le désir de défense. C’est tout simplement que je trouve inutile pour mon bien-être de nourrir ces sentiments et rester bloquer sur la peine ou la colère et du coup rater des sensations de plaisir qui pourraient s’offrir à moi à ces moments là.
Pour moi, le fait de chercher à se venger à tout prix ou de se morfondre dans la tristesse sont une perte d’énergie et une fermeture de l’esprit aux « nouveautés ».

Quand je pensais être dans l’erreur vis à vis des « autres », c’était sur le fait que je sache « lâcher prise » (à ma manière).

Le calcul effectué est au présent! -> Je n’en veux à personne (ni à rien) car c’est grâce à tout ce que j’ai vécu (ce qu’on m’a fait vivre)que je peux « lâcher prise » aussi facilement.
-> Devoir « changer » (nourrir des désirs de vengeances) voulais donc dire ne plus « lâcher prise » et ainsi devoirs vivre des situations qui ne me procurent aucun plaisir!
Cela peut sembler égoïste mais on n’a que le bien qu’on se donne!

Puis j’ai aussi dis;
« Depuis toujours je n’attends rien de personne (ni forcément de la vie), pardonne ce qui me fait souffrir et vis pleinement ce qui m’apporte plaisir, mais depuis toujours je suis très exigeant avec moi-même »

Quand je dis que je n’attends rien, c’est plutôt que je ne demande rien mais je me sers au bonheur(sans demander la permission) et je saisis tout ce qui s’offre à moi et c’est pour y arriver que je suis très exigeant avec moi-même.« La vérité réside à l’intérieur de toi même. Il existe en toi un pouvoir, une force et une sagesse supérieurs. Tourne-toi vers l’intérieur et, là, évoque une force et un pouvoir qui sont l’héritage de tous les fils des hommes, Fils de Dieu. »

9 août 2007