Anti-conditionnement

Commentaire d’Hercule à propos du conditionnement social.

Sur;  http://quisommesnous.wordpress.com/2007/11/15/153/

“C’est au quotidien, dans les remarques et les injonctions que lui adressent ses parents, que l’enfant prend ses marques et se fait progressivement une idée de ce qu’il est. La pluspart du temps, il doit composer avec l’image de lui que se forgent ses parents. Nous avons tous fait l’objet de ces “paroles pétrifiantes”: “Tu n’es qu’un égoîste”; “Qu’est-ce que tu veux, tu ne seras jamais bon en maths”; “Tu n’arriveras jamais à rien”. Répétés régulièrement, ces jugements sans appel fabriquent des enfants enfermés dans la condamnation. Et la petite phrase empoisonnée prend valeur de prophétie. Par loyauté, l’enfant préfère obéir à l’injonction parentale et consacrer son énergie à réaliser un projet de vie qui ne lui appartient pas. Bien entendu, rares sont les pères ou les mères qui lancent directement à leur enfant:: “sans toi ma vie aurait été meilleure”. Mais certains peuvent avouer: “Si tu n’étais pas né, j’aurais quitté ta mère”, ou “J’ai refusé de nombreux postes intéressants parce que je devais vous élever”… En captant ces messages, l’enfant peut développer une culpabilité qui va le conduire à se conformer à l’idéal du parent. Même s’il doit, pour cela, s’éloigner de sa vérité profonde.” (Gérard Sévérin)

Par l’emploi de certains mots “polluants” on peut “conformer” et “faire s’éloigner de sa vérité profonde” tout être sensible à ce qu’il est et représente.

La désintoxication du conditionnement social, commencerai donc par le moyen à décontaminer nos propos…

Apprendre à parler, à établir un vrai dialogue avec son enfant dès le début de sa vie est une démarche. Prendre conscience de ces phrases toutes faites, héritées de nos parents, de ces comportements dont nous nous sommes faits les portes-parole…

La plupart des refrains verbaux polluants que nous utilisons pour élever nos héritiers font partie du paysage sociétal et audiovisuel. Ils trouvent aussi leur source dans nos propres souvenirs d’enfance.

Ne les remettons plus en scène …

Les mots ne peuvent pas tout mais ils peuvent beaucoup…

Hercule