Secret !!!

« Ne fais rien dans ta vie, qui te fasse redouter que ton voisin en prenne connaissance. » 

ÉPICURE

Publicités

Desiderata‏

Va, reste calme au milieu du bruit et de l’impatience et
souviens-toi de la paix qui découle du silence.

Si tu le peux, mais sans renoncement, sois en bons termes
avec tout le monde; dis ce que tu penses, clairement,
simplement; et écoute les autres, même les sots et les
ignorants, car eux aussi ont quelque chose à dire.

Évite les gens grossiers et violents car ils ne sont que
tourments pour l’esprit. Si tu te compares aux autres tu
pourras devenir vaniteux ou amer; mais sache qu’ici-bas,
il y aura toujours quelqu’un de plus grand ou de plus petit
que toi.

Sois fier de ce que tu as fait et de ce que tu veux faire.
Aime ton métier, même s’il est humble; c’est un bien précieux
en notre époque troublée. Sois prudent dans le monde des
affaires, car on pourrait te jouer de vilains tours. Mais
que ceci ne te rende pas aveugle; bien des gens luttent pour
un idéal et partout sur la terre on meurt pour ce que l’on
croit.

Sois toi-même, surtout dans tes affections. Fuis le cynisme
en amour car il est un signe de sécheresse du coeur et de
désenchantement.

Que l’âge t’apporte la sagesse et te donne la joie d’avoir
des jeunes autour de toi. Sois fort pour faire face aux
malheurs de la vie; mais ne te détruis pas avec ton
imagination; bien des peurs prennent naissance dans la
fatigue et la solitude. Et, malgré la discipline que tu
t’imposes, sois bon envers toi-même.

Tu es un enfant de l’univers, tout comme les arbres et les
étoiles et tu as le droit d’être ici; et même si cela n’est
pas clair en toi, tu dois être sûr que tout se passe dans
l’univers comme c’est écrit. Par conséquent, sois en paix
avec ton Dieu quelle que soit en toi son image, et à travers
ton travail et tes aspirations, au milieu de la confusion
de la vie, sois en paix avec ton âme.

Dis-toi qu’en dépit de ses faussetés, de ses ingratitudes,
de ses rêves brisés, le monde est tout de même merveilleux.
Sois prudent. Et tâche d’être heureux.

(Traduction d’un texte gravé sur l’église Saint-Paul de
Baltimore.)

« Exige beaucoup de toi-même et attends peu des autres.
Ainsi beaucoup d’ennuis te seront épargnés. »
Confucius

Leçon de vie

Un jour, un vieux professeur de l’École Nationale d’Administration
Publique (ENAP) fut engagé pour donner une formation sur la
planification efficace de son temps à un groupe d’une quinzaine de
dirigeants de grosses compagnies nord-américaines.

Ce cours constituait l’un des 5 ateliers de leur journée de
formation. Le vieux prof n’avait donc qu’une heure pour « faire
passer sa matière « .

Debout, devant ce groupe d’élite (qui était prêt à noter tout
ce que l’expert allait lui enseigner), le vieux prof les regarda
un par un, lentement, puis leur dit : « Nous allons réaliser une
expérience ».

De dessous la table qui le séparait de ses élèves, le vieux prof
sortit un immense pot de verre de plus de 4 litres qu’il posa
délicatement en face de lui. Ensuite, il sortit environ une douzaine
de cailloux a peu près gros comme des balles de tennis et les plaça
délicatement, un par un, dans le grand pot. Lorsque le pot fut
rempli jusqu’au bord et qu’il fut impossible d’y ajouter un caillou
de plus, il leva lentement les yeux vers ses élèves et leur demanda :

« Est-ce que ce pot est plein? ».

Tous répondirent : « Oui ».

Il attendit quelques secondes et ajouta : « Vraiment ? ».

Alors, il se pencha de nouveau et sortit de sous la table un
récipient rempli de gravier. A
vec minutie, il versa ce gravier sur
les gros cailloux puis brassa légèrement le pot. Les morceaux de
gravier s’infiltrèrent entre les cailloux… jusqu’au fond du pot.

Le vieux prof leva à nouveau les yeux vers son auditoire et
réitéra sa question :

« Est-ce que ce pot est plein? ». Cette fois, ses brillants élèves
commençaient à comprendre son manège.

L’un d’eux répondît: « Probablement pas ! ».

« Bien ! » répondît le vieux prof.

Il se pencha de nouveau et cette fois, sortit de sous la table
un sac de sable. Avec attention, il versa le sable dans le pot.
Le sable alla remplir les espaces entre les gros cailloux et le
gravier. Encore une fois, il redemanda : « Est-ce que ce pot
est plein ? ».

Cette fois, sans hésiter et en choeur, les brillants élèves
répondirent :

« Non! ».

« Bien! » répondît le vieux prof.

Et comme s’y attendaient ses prestigieux élèves, il prit le
pichet d’eau qui était sur la table et remplit le pot jusqu’a ras
bord. Le vieux prof leva alors les yeux vers son groupe et demanda :

« Quelle grande vérité nous démontre cette expérience?  »

Pas fou, le plus audacieux des élèves, songeant au sujet de ce
cours, répondît : « Cela démontre que même lorsque l’on croit que
notre agenda est complètement rempli, si on le veut vraiment,
on peut y ajouter plus de rendez-vous, plus de choses à faire « .

« Non » répondît le vieux prof. « Ce n’est pas cela. La grande
vérité que nous démontre cette expérience est la suivante :

« Si on ne met pas les gros cailloux en premier dans le pot,
on ne pourra jamais les faire entrer tous, ensuite ».

Il y eut un profond silence, chacun prenant conscience de
l’évidence de ces propos.

Le vieux prof leur dit alors : « Quels sont les gros cailloux
dans votre vie ? »

« Votre santé ? »

« Votre famille ? »

« Vos ami(e)s ? »

« Réaliser vos rêves ? »

« Faire ce que vous aimez ? »

« Apprendre ? »

« Défendre une cause ? »

« Vous relaxer ? »

« Prendre le temps… ? »

« Ou… tout autre chose ? »

« Ce qu’il faut retenir, c’est l’importance de mettre ses GROS
CAILLOUX en premier dans sa vie, sinon on risque de ne pas
réussir… sa vie. Si on donne priorité aux peccadilles (le gravier,
le sable), on remplira sa vie de peccadilles et on n’aura plus
suffisamment de temps précieux à consacrer aux éléments importants
de sa vie.

Alors, n’oubliez pas de vous poser à vous-même, David, la
question :

« Quels sont les GROS CAILLOUX dans ma vie? »

Ensuite, mettez-les en premier dans votre pot (vie) »

D’un geste amical de la main, le vieux professeur salua son
auditoire et quitta lentement la salle.

La jarre abîmée‏

Un porteur d’eau indien avait deux grandes jarres, suspendues
aux 2 extrémités d’une pièce de bois qui épousait la forme de ses
épaules.

L’une des jarres avait un éclat, et, alors que l’autre jarre
conservait parfaitement toute son eau de source jusqu’à la maison
du maître, l’autre jarre perdait presque la moitié de sa précieuse
cargaison en cours de route.

Cela dura 2 ans, pendant lesquels, chaque jour, le porteur d’eau
ne livrait qu’une jarre et demi d’eau à chacun de ses voyages.

Bien sûr, la jarre parfaite était fière d’elle, puisqu’elle
parvenait à remplir sa fonction du début à la fin sans faille.

Mais la jarre abîmée avait honte de son imperfection et se
sentait déprimée parce qu’elle ne parvenait à accomplir que la
moitié de ce dont elle était censée être capable.

Au bout de 2 ans de ce qu’elle considérait comme un échec
permanent, la jarre endommagée s’adressa au porteur d’eau,
au moment où celui-ci la remplissait à la source.

« Je me sens coupable, et je te prie de m’excuser. »

« Pourquoi ? » demanda le porteur d’eau. « De quoi as-tu honte ? »

« Je n’ai réussi qu’à porter la moitié de ma cargaison d’eau
à notre maître, pendant ces 2 ans, à cause de cet éclat qui
fait fuire l’eau. Par ma faute, tu fais tous ces efforts, et,
à la fin, tu ne livres à notre maître que la moitié de l’eau.
Tu n’obtiens pas la reconnaissance complète de tes efforts »,
lui dit la jarre abîmée.

Le porteur d’eau fut touché par cette confession, et, plein
de compassion, répondit: « Pemndant que nous retournons à
la maison du maître, je veux que tu regardes les fleurs
magnifiques qu’il y a au bord du chemin ».

Au fur et à mesure de leur montée sur le chemin, au long
de la colline, la vieille jarre vit de magnifiques fleurs
baignées de soleil sur les bords du chemin, et cela lui mit
du baume au coeur. Mais à la fin du parcours, elle se sentait
toujours aussi mal parce qu’elle avait encore perdu la moitié
de son eau.

Le porteur d’eau dit à la jarre « T’es-tu rendu compte qu’il
n’y avait de belles fleurs que de TON côté, et presque aucune
du côté de la jarre parfaite? C’est parce que j’ai toujours su
que tu perdais de l’eau, et j’en ai tiré parti.

J’ai planté des semences de fleurs de ton coté du chemin, et,
chaque jour, tu les as arrosées tout au long du chemin.

Pendant 2 ans, j’ai pu grâce à toi cueillir de magnifiques
fleurs qui ont décoré la table du maître. Sans toi, jamais
je n’aurais pu trouver des fleurs aussi fraîches et gracieuses. »

Morale de l’histoire: Nous avons tous des éclats, des blessures,
des défauts. Nous sommes tous des jarres abîmées.

Certains d’entre nous sont diminués par la vieillesse, d’autres
ne brillent pas par leur intelligence, d’autres trop grands, trop
gros ou trop maigres, certains sont chauves, d’autres sont diminués
physiquement, mais ce sont les éclats, les défauts en nous
qui rendent nos vies intéressantes et exaltantes.

Ilvaut mieux prendre les autres tels qu’ils sont, et voir ce qu’il
y a de bien et de bon en eux. Il y a beaucoup de positif partout.
Il y a beaucoup de bon en vous.

Ceux qui sont flexibles ont la chance de ne pas pouvoir être
déformés. Souvenez-vous d’apprécier tous les gens si différents
qui peuplent votre vie ! Sans eux, la vie serait bien triste.

Merci d’apprécier amicalement mes imperfections – et, plus
important pour vous – d’apprendre à aimer les vôtres.

Le teste des 3 passoires

Socrate avait, dans la Grèce antique, une haute
opinion de la sagesse. Quelqu’un vient un jour trouver
le grand philosophe et lui dit :

« Sais-tu ce que je viens d’apprendre sur ton ami?

– Un instant, répondit Socrate. Avant que
tu me racontes, j’aimerais te faire passer un test,
celui des 3 passoires :

– Les 3 passoires?

Mais oui, reprit Socrate. Avant de me raconter toutes
sortes de choses de choses sur les autres, il est bon de prendre
le temps de filtrer ce que l’on aimerait dire.

C’est ce que j’appelle le test des 3 passoires. La première
passoire est celle de la vérité. As-tu vérifié si ce que
tu veux me dire est vrai?

– Non. J’en ai simplement entendu parler…

– Très bien. Tu ne sais donc pas si c’est la vérité.

Essayons de filtrer autrement en utilisant une deuxième
passoire, celle de la bonté. Ce que tu veux m’apprendre
sur mon ami, est-ce quelque chose de bon ?

– Ah non ! Au contraire.

– Donc, continua Socrate, tu veux me raconter de
mauvaises choses sur lui et tu n’es même pas certain si
elles sont vraies. Tu peux peut-être encore passer le test,
car il reste une passoire, celle de l’utilité. Est-il utile que
tu m’apprennes ce que mon ami aurait fait ?

– Non. Pas vraiment.

Alors, conclut Socrate, si ce que tu as à me raconter
n’est ni vrai, ni bien, ni utile, pourquoi vouloir me le dire ? »

L’arbre magique

« Un voyageur très fatigué s’assit à l’ombre d’un arbre sans se
douter qu’il venait de trouver un arbre magique, « l’Arbre à Réaliser
des Souhaits ».

Assis sur la terre dure, il pensa qu’il serait bien agréable de
se retrouver dans un lit moelleux. Aussitôt, ce lit apparut à côté
de lui.

Étonné, l’homme s’y installa en disant que le comble du bonheur
serait atteint si une jeune fille venait masser ses jambes
percluses. La jeune fille apparut et le massa très agréablement.

« J’ai faim, se dit l’homme, et manger en ce moment serait à
coup sûr un délice. » Une table surgit, chargée de nourritures
succulentes.

L’homme se régala. Il mangea et il but. La tête lui
tournait un peu. Ses paupières, sous l’action du vin et de la
fatigue, s’abaissaient. Il se laissa aller de tout son long sur
le lit, en pensant encore aux merveilleux évènements de cette
journée extraordinaire.

« Je vais dormir une heure ou deux, se dit-il. Le pire serait
qu’un tigre passe par ici pendant que je dors. »

Un tigre surgit aussitot et le dévora. »

Vous avez en vous un Arbre à souhait qui attend vos ordres.

Mais attention, il peut aussi réaliser vos pensées
négatives et vos peurs. En tout cas, il peut être parasité par
elles et se bloquer. C’est le mécanisme des soucis.