Ton sanctuaire personnel

Ton sanctuaire personnel

Ferme les yeux, détends ton corps, imagine-toi dans un cadre naturel et beau, quelque part où tu te sentes à l’aise, décontracté et paisible. Explore ton environnement, remarque les détails, les sons, les odeurs. Effectue tout ce que tu souhaiterais faire pour embellir ce lieu, le rendre plus confortable, comme à la maison. Construis une maison ou un abri, ou bien enveloppe simplement tout cet espace d’un rayon d’or protecteur et sécurisant. Tu viens, dés lors, de donner forme à ton propre sanctuaire. Il sera toujours présent comme un havre de paix et comme un baume décontractant. C’est un lieu doté d’un pouvoir spécial.

Il existe au fond de moi un havre de sérénité au pouvoir particulier.

De Shakti Gawain

Publicités

Qui veut changer trouvera toujours une bonne raison de changer….

Comme le dit cette citation ci-dessus (d’Audé Maurois),

Si pour le commun des mortels, il ne paraît pas évident de changer, les motivations qui nous poussent au changement sont quant à elles plus limpides. En général, on veut changer pour aller mieux, améliorer sa vie de tout les jours ou son rapport aux autres. Il existe donc une aspiration naturelle et positive u changement, même si les difficultés du quotidien et les épreuves peuvent entraîner certaines persones à changer négativement, à se tourner vers la rancune, ou l’aigreur. Avec l’aide des théoriciens du changement, faisons la lumière sur cette demande intèrieurs.

C’est un dicton oriental qui affirme « La vie est un changement permanent t la seule chose qui ne change pas , c’est que tout change tout le temps ! ».

Donc, dans cette logique, on peut passer des années à ne rien vouloir changer dans sa vie, et puis, tout un coup, vouloir tout bouleverser. D’ailleur, ne dit-on pas que « seul les imbéciles ne change pas d’avis » ?

 

Pourquoi l’être humain veut-il changer le monde, les autres ou lui-même ?

Concrétement, il s’agit d’une appropriation, qui est à la fois constitutive de l’intériorité. Il y a bien constitution dès lors que l’appropriation à pour but de pouvoir se reconnaître dans ce qui est originellement absolument étranger. Ainsi donc, en le changeant, nous faisons être l monde à notre image. Ce que nous changeons de lui, c’est justement tout ce quinous échappe, ce qui nous est étranger. Nous voulons donc changer le monde pour nous constituer en sujet dans le monde, c’est-à-dire e quelque sorte nous y intégrer.

Zen le 14 Janvier

Vivre son temps

Aujourd’hui, ne faites qu’une chose à la fois.

Oubliez tous les vieux principes de gestion du temps selon lesquel chaque minute de notre vie peut être occupée par deux ou trois activités simultanées pour « gagner du temps ».

Pendant toute la journée, faites l’expérience du moment présent:

  • ne lisez pas en prenant votre bain,
  • ne regardez pas la télé en mangeant,
  • ne faites pas le ménage en écoutant les infos,
  • n’engagez pas de conversation téléphonique en faisant la cuisine, etc.

Soyez juste présent à vous-même et aux autres. « Qand vous marchez, contentez-vous de marcher. Qand vous êtes assis, contentez-vous d’être assis », avait répondu le maître zen Umon à un élève qui lui demandait comment être en accord avec lui-même.

?! °:-O Le TeMpS « ;-D !?

Merci Fred, … pour ces SMS 😉

 » Kel est la réponse ken tu sais que le futur proche est un présent éminent sans qu’il soie le passé du présent mais si maintenant le présent est passé étant passé par les trois phases, que reste-t-il à présent du futur proche? » 

« Ils disent que le passé est le futur passé, le futur est le passé à venir, evidement le passé à du être à un moment futur et le futur à son tour est destiné à devenir passé, le passé s’écoulé vers le futur qui est né du passé. … Pensée du Père Joseph, sous exta’s »

Et tout ça pour dire qu’il n’y a que le présent qui existe 😉 !!!

18 Mars

Apprécier le voyage dans sa totalité

Afin d’apprécier tes objectifs, considère-les comme des panneaux de signalisation t’indiquant une certaine direction. Ils te transmettent un point d’intérêt et t’aident à déplacer ton énergie. Toi seul décides du chemin à prendre; soit tu l’empruntes en étant très crispé, ne pensant qu’à l’objectif à atteindre, soit tu es détendu et tu savoures tout le voyage, sachant apprécier chaque courbe inattendue de la route, chaque nouvelle occasion d’apprendre et de ressentir.

Je me détends et j’apprécie chaque moment de mon voyage.