Zen le 27 Février

Vivre son temps

Savoir « ne rien faire » est l’une des attitudes les plus difficiles à adopter car ce genre de comportement est mal vu puisqu’il n’est pas productif. Pourtant, nous avons tous besoin de ces moments de « jachère psychique », de ces instants où l’on peut rompre avec le quotidien pour laisser l’esprit vagabonder, remettre ses idées en place et ralentir son rythme de vie. N’hésitez pas: de temps en temps, arrêtez-vous. Asseyez-vous dans un coin de la cuisine, sur un banc du jardin ou allongez-vous sur votre lit en regardant le plafond. Ne vous dites pas « je vais essayer de ne rien faire », ce n’est pas zen. Expérimentez le moment présent en disant: « Je ne fais rien ». Non seulement vous en avez le droit, mais vous en avez besoin.

Zen le 25 Février

Vivre son temps

Regardez dans votre agenda si vous avez pensé à indiquer, sur quelques tranches horaires, « Temps pour rêver » ou  » Temps pour ne rien faire ». Si vous ne l’avez pas encore fait, n’oubliez pas que c’est pourtant dans ces temps-là que nos pensées ont enfin le loisir de bouger, de faire le point, de s’organiser, d’imaginer, de construire des projets …

Zen le W-E du 14 et 15 Février

Vivre zen

Vous n’en finissez pas avec le ménage et tout s’accumule…

  • Cassez l’habitude de vouloir tout faire d’un coup par obligation: divisez les tâches à accomplir et, hormis les indispensables du quotidien, répartissez-les sur une semaine ou sur un mois.
  • Faites-vous un petit planning, de préférence par écrit et fixez, un par un, jour après jour, les petits travaux à effectuer: un tiroir de la cuisine ou un mur de la salle de bains (et un seul), une étagère de la bibliothèque ou une fenêtre (et une seule), etc.
  • Ainsi, vous ciblez une activité en la choisissant consciemment.
  • En y consacrant 5 à 10 minutes par jour, vous pouvez être plus conscient de vous-même et de vos gestes.
  • Et, au bout du compte, vous en retirerez une réelle satisfaction, si ce n’est même un certain plaisir.

Vivre en harmonie avec l’univers

Vivre en harmonie avec l’univers

Bien que l’abandon du vieux monde puisse parfois paraître une tâche difficile, l’enjeu en vaut la peine, quel que soit le cap à franchir vers ce nouveau monde. Tu apprends maintenant à vivre en accord avec les véritables lois de l’univers. Vivre en harmonie avec l’univers, c’est vivre dans la joie, l’amour et la prospérité.

Je vis en harmonie avec l’univers. 

De Shakti Gawain

Utilise ta lumière intérieure pour te guider

Utilise ta lumière intérieure pour te guider

Notre planète est en vérité un lieu où il fait bon vivre: terre nourricière, infiniment belle et généreuse. Le mal apparaît seulement lorsqu’il y a refus de cette vérité. Ce refus ou cette ignorance se glisse comme une ombre: un manque de lumière sans véritable substance. Aucune forme de résistance physique ou émotionnelle ne peut faire disparaître cette ombre. Pour cela, tu dois l’envelopper de lumière rayonnante. En étant en contact avec ta lumière intérieure, tu peux, avec douceur et sans lutte, anéantir l’ombre ou l’obscurité.

Je suis en contact avec le pouvoir de ma propre lumière.

Shakti Gawain

Retour au jardin d’enfant

Retour au jardin d’enfants

Dans un premier temps, lors de la construction du nouveau monde, il nous faut admettre que notre vécu ne nous a pas nécessairement enseigné une manière de vivre satisfaisante. Nous éprouvons le vague sentiment qu’il doit y avoir quelque chose de plus, un sens plus profond, et cet état d’âme est source de souffrance. Nous devons retourner au jardin d’enfants et commencer à apprendre une manière de vivre opposée à la précédente – un mode de vie fondé sur la confiance en notre propre vérité intérieure. Nous pouvons redécouvrir l’innocence enfantine et la sagesse grâce auxquelles tout est possible.

J’apprends une nouvelle manière de vivre.

De Shakti Gawain

Se contenter de vivre ne suffit pas

GASPILLAGE
« Se contenter de vivre ne suffit pas. 
Les vingt premières années de notre existence, on se dit que l’on est trop jeune et on ne se met pas à l’étude. 
Après, on passe vingt autres années à dire :
« Je vais m’y mettre, je vais pratiquer », mais on ne le fait pas. 
Viennent ensuite vingt années qui se passent à répéter :
« Je ne peux pas, je ne peux pas », à se lamenter de ne pas pouvoir étudier parce que l’on est trop vieux, que la vue baisse et l’ouïe aussi. 
C’est ainsi que l’on gaspille sa vie. »
Le Dalaï-Lama