Calogero & Grand Corps Malade – L’ombre et la lumière

{Grand Corps Malade:}
Eté mil huit cent soixante-huit, quelque part dans l’ Grand Ouest
Il a sauté sur son cheval pour disparaître en un geste
La porte du saloon claque encore ; dehors, le vent fouette la poussière
Lui, il galope vers son sort sans jamais r’garder derrière
Est-ce qu’il cherche ou est-ce qu’il fuit ? Est-il sûr ou incertain ?
Est-ce qu’il tente de rattraper ou d’échapper à son destin ?
A quoi ressemble son avenir ? Une évidence ou un mystère ?
Il se fabrique un empire, il est fait d’ombre ou de lumière

{Calogero:}
De l’ombre ou de la lumière
Lequel des deux nous éclaire ?
Je marche vers le soleil
Dans les couleurs de l’hiver
De l’ombre ou de la lumière
Depuis le temps que j’espère
Retrouver dans un sourire
Toutes les lois de l’univers

{Grand Corps Malade:}
C’est l’hiver en deux mille huit, quelque part à Paris
J’ai démarré la voiture pour échapper à ce temps pourri
La porte du café tremble encore ; dehors, la pluie fouette le bitume
A chacun sa ruée vers l’or, j’accélère à travers la brume
Puisque mon temps est limité, mes choix doivent être à la hauteur
C’est une course contre la montre ou une course contre la peur
C’est toujours la même chevauchée, on vise la lueur droit devant
Même si cette quête est insensée, je cours pour me sentir vivant

{Calogero:}
De l’ombre ou de la lumière,
Lequel des deux nous éclaire ?
On marche vers le soleil
Dans les couleurs de l’hiver
De l’ombre ou de la lumière
Depuis le temps que j’espère
Retrouver dans un sourire
Toutes les lois de l’univers

{Grand Corps Malade:}
On court à travers les siècles, mais c’est toujours la même chevauchée
{Calogero:}
As-tu peur que la route s’achève ?
{Grand Corps Malade:}
Mais cette course est insensée
{Calogero:}
As-tu mis un nom sur toutes les lèvres… les lèvres ?

{Calogero:}
De l’ombre ou de la lumière
Des astres qui nous éclairent
On marche vers le soleil
Dans les couleurs de l’hiver
De l’ombre ou de la lumière
Depuis le temps qu’on espère
Retrouver dans un sourire
Toutes les lois de l’univers

Retrouver dans un sourire
Toutes les lois de l’univers

Un seul bon choix est a prendre …… laquelle pour vous ?

Junior1975 (david)

Publicités

Grand corps malade : Le voyage en train

J’crois qu’les histoires d’amour c’est comme les voyages en train,
Et quand j’vois tous ces voyageurs parfois j’aimerais en être un,
Pourquoi tu crois que tant de gens attendent sur le quai de la gare ?
Pourquoi tu crois qu’on flippe autant d’arriver en retard ?Les trains démarrent souvent au moment où l’on s’y attend le moins,
Et l’histoire d’amour t’emporte sous l’oeil impuissant des témoins,
Les témoins c’est tes potes qui te disent au revoir sur le quai,
Ils regardent le train s’éloigner avec un sourire inquiet,
Toi aussi tu leur fais signe et t’imagines leurs commentaires,
Certains pensent que tu t’plantes et qu’t’as pas les pieds sur terre,
Chacun y va d’son pronostic sur la durée du voyage,
Pour la plupart le train va dérailler dès l’premier orage.

Le grand amour change forcément ton comportement,
Dès l’premier jour faut bien choisir ton compartiment,
Siège couloir ou contre la vitre il faut trouver la bonne place,
Tu choisis quoi une love story de première ou d’seconde classe ?

Dans les premiers kilomètres tu n’as d’yeux que pour son visage,
Tu calcules pas derrière la fenêtre le défilé des paysages,
Tu te sens vivant tu te sens léger tu ne vois pas passer l’heure,
T’es tellement bien que t’as presque envie d’embrasser le contrôleur.

Mais la magie ne dure qu’un temps et ton histoire bat de l’aile,
Toi tu te dis que tu n’y es pour rien et que c’est sa faute à elle,
Le ronronnement du train te saoule et chaque virage t’écoeure,
Faut que tu te lèves que tu marches tu vas te dégourdir le coeur.

Et le train ralentit, c’est déjà la fin de ton histoire,
En plus t’es comme un con tes potes sont restés à l’autre gare,
Tu dis au revoir à celle que t’appelleras désormais ton ex,
Dans son agenda sur ton nom elle va passer un coup de tipex.

C’est vrai que les histoires d’amour c’est comme les voyages en train,
Et quand je vois tous ces voyageurs parfois j’aimerais en être un,
Pourquoi tu crois que tant de gens attendent sur le quai de la gare ?
Pourquoi tu crois qu’on flippe autant d’arriver en retard ?

Pour beaucoup la vie se résume à essayer de monter dans le train,
A connaître ce qu’est l’amour et se découvrir plein d’entrain,
Pour beaucoup l’objectif est d’arriver à la bonne heure,
Pour réussir son voyage et avoir accès au bonheur.

Il est facile de prendre un train encore faut-il prendre le bon,
Moi je suis monté dans deux trois rames mais c’était pas le bon wagon,
Car les trains sont capricieux et certains sont inaccessibles,
Et je ne crois pas tout le temps qu’avec la SNCF c’est possible.

Il y a ceux pour qui les trains sont toujours en grève,
Et leurs histoires d’amour n’existent que dans leurs rêves,
Et y a ceux qui foncent dans le premier train sans faire attention,
Mais forcément ils descendront déçus à la prochaine station,
Y a celles qui flippent de s’engager parce qu’elles sont trop émotives,
Pour elles c’est trop risqué de s’accrocher à la locomotive,
Et y a les aventuriers qu’enchaînent voyage sur voyage,
Dès qu’une histoire est terminée ils attaquent une autre page.

Moi après mon seul vrai voyage j’ai souffert pendant des mois,
On s’est quitté d’un commun accord mais elle était plus d’accord que moi,
Depuis je traîne sur le quai je regarde les trains au départ,
Y a des portes qui s’ouvrent mais dans une gare je me sens à part.

Il paraît que les voyages en train finissent mal en général,
Si pour toi c’est le cas accroche-toi et garde le moral,
Car une chose est certaine y aura toujours un terminus,
Maintenant tu es prévenu la prochaine fois tu prendras le bus.

De Grand corps malade

 

J’ai suivis son conseille avant même qu’il crée cette chanson, j’ai pris le bus….

voir ce post : https://jepensedoncjesuis.wordpress.com/2008/02/12/la-fille-du-bus/

Merci à toi pour cette chanson….

Junior